Navigation

Volume record de trafic pour Skyguide en 2005

Un contrôleur aérien de Skyguide à l'aérodrome de Berne-Belp. Keystone

Avec 1,13 million de mouvements aériens, Skyguide n'a jamais guidé autant d'avions que l'année dernière, soit une hausse de 2,6% par rapport à 2004.

Ce contenu a été publié le 19 avril 2006 - 16:11

En présentant son bilan 2005, le contrôleur aérien suisse, par la bouche de son directeur Alain Rossier, a également affirmé vouloir améliorer en permanence la sécurité.

«La reprise du trafic aérien se confirme», a souligné Alain Rossier, le directeur de Skyguide, lors de la présentation des résultats 2005 du contrôleur aérien helvétique.

Skyguide est donc très satisfaite de son exercice 2005. Elle n'a jamais guidé autant d'avions et a encore amélioré ses systèmes de sécurité.

Les contrôleurs aériens ont en effet suivi 1,13 million de mouvements aériens, soit 2,6% de plus que l'année précédente et environ 20'000 de plus qu'en 2000, une année record.

Mais cette hausse est principalement due au nombre croissant d'avions qui survolent la Suisse (+ 3,9% à 704'013).

Hausse

A l'aéroport de Genève, la société a contrôlé 3,7% de trafic en plus (151'990 mouvements) qu'en 2004.

En revanche, l'aéroport de Zurich a connu un recul de 0,3% du nombre de mouvements aériens. «La baisse est même passée à 3,4% entre janvier et mars 2006 », s'inquiète Alain Rossier.

Malgré l'augmentation globale du trafic, Skyguide a enregistré en 2005 un chiffre d'affaires en recul de 3,2% à 353,86 millions de francs. Cela est dû aux importantes baisses des tarifs de transit. «En comparaison européenne, nous sommes devenus les quatrièmes moins chers», précise le président de Skyguide.

Retard

Par contre, le bénéfice de cette société détenue par l'Etat a augmenté. Il s'est élevé à 14,49 millions, contre 11,22 millions en 2004.

Malgré l'augmentation de trafic, la ponctualité des vols est restée stable, avec quelque 8% de retards, soit mieux que la moyenne européenne (10%), selon Skyguide. Et ce grâce en particulier aux améliorations mises en œuvre à l'aéroport de Zurich.

En ce qui concerne la sécurité aérienne, le Bureau d'enquêtes sur les accidents d'aviation (BEAA) n'a pas encore publié ses statistiques 2005. Mais, selon Alain Rossier, le nombre d'incidents a diminué.

Skyguide a en effet mis en service de nouvelles techniques «qui améliorent la sécurité», selon la compagnie. Ainsi, elle a continué à renouveler ses radars.

Unification

Malgré cela, la société n'a pas pu, comme prévu, mettre en service le 15 mars dernier son nouveau centre de contrôle de l'espace aérien supérieur à Genève. Le but du projet est en effet de regrouper le contrôle de cet espace aérien, actuellement surveillé depuis Genève et Zurich, en un seul endroit.

L'organe de contrôle de Skyguide, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC), l'a bloqué à la dernière minute. Les documents attestant de la sécurité des nouveaux systèmes n'ont pas convaincu les experts de l'administration fédérale qui se demandent également si le personnel a été suffisamment formé.

Le président de Skyguide, Guy Emmenegger, reconnaît que la société n'a pas suffisamment bien documenté les tests effectués. «C'est plus un problème de méthode que de contenu », estime Guy Emmenegger.

Par contre, en ce qui concerne la formation du personnel, l'entreprise ne comprend pas encore les doutes de l'OFAC. «Mais nous les prenons au sérieux, les étudions en détail et prendrons les mesures nécessaires», présice Guy Emmenegger. Un président persuadé que le nouveau centre de contrôle de Genève pourra ouvrir ses portes.

Et ce d'autant plus que le système de contrôle contesté par Berne a déjà fait ses preuves pour la partie du ciel contrôlée depuis Genève.

En ce qui concerne l'avenir, Skyguide a indiqué vouloir poursuivre ses études en vue de créer un espace aérien partagé avec la France. Il s'agit d'un premier pas vers une unification du contrôle aérien en Europe.

swissinfo et les agences

En bref

En 1931, les autorités suisses chargent Radio Schweiz AG du contrôle aérien.
La société prend le nom de Swisscontrol en 1988.

Elle est rebaptisée Skyguide en 2001, suite à la fusion du contrôle aérien civil et militaire.

Skyguide appartient à plus de 99% à la Confédération. Elle n'a pas d'obligation de bénéfices.

La société Skyguide est basée à Genève, mais le nouveau centre de contrôle de Zurich devrait être pleinement opérationnel en 2008.

End of insertion

Faits

Les résultats de Skyguide en 2005:
Bénéfice net de 14,49 millions de francs (11,22 en 2004)
Chiffre d'affaires de 353,86 millions (365,39 millions en 2004)
1326 postes à plein temps
Surveillance de 1'13 million de vols, soit 2,6% de plus qu'en 2004

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?