Navigation

Vers un duel entre Bâle et Grasshopper

Rencontre entre GC et le FC Bâle, le 8 septembre dernier. Keystone

Bâle, en pole-position, et Grasshopper seront les principaux candidats au titre national. Les deux clubs ont un budget de plus de 20 millions de francs.

Ce contenu a été publié le 22 février 2002

Saint-Gall et Grasshopper sonnent samedi après-midi les trois coups d'un tour final express, qui sera achevé le 8 mai déjà, en raison du championnat d'Europe des moins de 21 ans sur sol helvétique et de la proximité de la Coupe du monde.

Le FC Bâle fêtera-t-il son premier titre national depuis 22 ans et l'ère Helmut Benthaus? L'effet Marcel Koller permettra-t-il à Grasshopper de défendre son bien? Qui de Lugano ou de Servette revêtira les habits du trouble-fête en visant, au moins, une place en Coupe UEFA?

Bien plus que les années précédentes, les écarts entre le leader (Bâle, 22 points) et la lanterne rouge (Zurich, 15 points) sont prononcés. Les Rhénans comptent trois longueurs d'avance sur Lugano et Grasshopper, en fait quatre: en cas d'égalité, le classement du tour préliminaire sera déterminant.

Lutte des classes

Le championnat pourrait s'orienter sur une lutte en trois classes. D'abord, les nantis que sont Bâle et Grasshopper, les seuls à miser sur un budget de plus de 20 millions de francs. Avec un point commun pour les deux clubs: les problèmes rencontrés avec leur gardien.

Les Zurichois ont corrigé le tir avec l'engagement de Fabrice Borer, alors que les Rhénans continuent à faire confiance à Pascal Zuberbühler. Tout en ayant recruté Marco Zwyssig en défense, de retour du FC Tirol.

Juste en dessous, trois candidats qui ne régatent pas dans les mêmes eaux financières, Lugano, Servette et Saint-Gall, tous européens cette saison et qui rêvent de rééditer leur performance. L'effectif des Brodeurs n'a subi aucun changement notoire, si ce n'est l'intronisation de Gérard Castella sur le banc.

Servette renforcé

Avec les arrivées de Lombardo, Mitchkov et Marcelo, ainsi que les retours prévisibles de Comisetti et Bratic, Servette sort renforcé sur le papier. Au contraire de Lugano qui a laissé filer Lubamba (Troyes), Ludovic Magnin (Werder Brême) et son Brésilien Caico.

Restent trois larrons pour compléter le tableau. Sion, une fois de plus pillé de ses meilleurs éléments (Poueys et Djurisic à Sedan, et Borer), Young Boys, néo-promu tout heureux de s'être mis à l'abri plus facilement que prévu, et le FC Zurich, en phase de transition, où Georges Bregy a fait le ménage en renonçant à plusieurs éléments chevronnés et en engageant les espoirs Gygax, Keller, Renfer et Jodice.

Jonathan Hirsch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Les commentaires doivent respecter nos conditions.
Trier par

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?

Votre abonnement n'a pas pu être enregistré. Veuillez réessayer.
Presque fini... Nous devons confirmer votre adresse e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer pour achever le processus d'inscription.

Les meilleures histoires

Restez au courant des meilleures histoires de swissinfo.ch sur différents sujets, directement dans votre boîte mail.

Hebdomadaire

Notre politique de confidentialité SSR fournit des informations supplémentaires sur le traitement des données.