Navigation

Verbier: David Aebischer, modèle de la jeune génération

Aebischer, le plus américain des gardiens suisses, ne manque jamais le rendez-vous de Verbier. Keystone Archive

David Aebischer est le seul gardien suisse à avoir participé à toutes les éditions de l'Ecole internationale de hockey de Verbier. Un mois après avoir remporté la mythique Coupe Stanley avec Colorado Avalanche, le Fribourgeois est de retour sur les hauteurs valaisannes.

Ce contenu a été publié le 14 juillet 2001 - 15:24

«Dès mon premier passage à Verbier, en 1994, j'ai été attiré par ce mode de préparation spécifique, inculqué par François Allaire», avoue David Aebischer. Entretemps, le junior de Fribourg-Gottéron est devenu un gardien de National Hockey League. Le pèlerinage en Valais reste pourtant inscrit dans son agenda. «Mon apprentissage n'est pas terminé, je dois encore progresser», souligne-t-il.

Opéré des amygdales il y a une dizaine de jours, David Aebischer n'a pas participé à la première semaine de l'Ecole, celle où les gardiens de Ligue nationale étaient conviés. Durant la seconde qui s'achève ce week-end, il prend les habits de professeur, pour épauler François Allaire occupé avec les jeunes espoirs. «C'est une bonne expérience, relève le portier de Denver. Travailler avec les jeunes me plaît et on peut toujours apprendre, même des plus petits».

Star pour les uns, modèle à suivre pour les autres, David Aebischer croule sous le feu des questions. «Je dois donner des détails sur ma vie en NHL, sur mes meilleurs matches, ceux où je n'ai pas encaissé de buts et d'autres détails ayant trait à mon poste de gardien». Entre golf, tennis, cyclisme et hockey, le plus américain des gardiens suisses en profite aussi pour maintenir sa propre condition. Avant de prendre quelques vacances, puis de revenir en Suisse avec notamment la présentation de la Coupe Stanley à Fribourg à la fin du mois.

L'avenir s'annonce reluisant avec Colorado Avalanche. Un nouveau contrat devrait bientôt lui être proposé et David Aebischer se sent prêt à rester la doublure du monument vivant, Patrick Roy, pendant deux saisons supplémentaires. «Progresser derrière un tel gardien n'est pas donné à tout le monde. Et je me fixe des objectifs, comme disputer toujours plus de matches.» La méthode a fait ses preuves jusqu'à présent. Chaque saison depuis son arrivée en Amérique du Nord, David Aebischer a franchi un palier supplémentaire...

Jonathan Hirsch, Verbier

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?