Navigation

Une sélection suisse sans surprise pour Lisbonne

Markus Zberg (à g.), avait remporté en 1999 à Vérone la médaille de bronze aux championnats du monde. Keystone Archive

Les coureurs qui défendront le maillot à croix blanche lors des prochains championnats du monde au Portugal, du 9 au 14 octobre, ont été désignés mardi. Directeur technique, Jean-Claude Leclercq s'est uniquement basé sur des critères sportifs pour opérer ses choix.

Ce contenu a été publié le 02 octobre 2001 - 18:03

Ces sélections, sans surprise, sont conformes à l'état du cyclisme suisse en cette fin de saison. Au printemps, l'espoir de renouveler les exploits de Mauro Gianetti (2e à Lugano en 1996), d'Oscar Camenzind (championnat du monde à Valkenburg en 1998) et de Markus Zberg (2e à Vérone en 1999) entrait dans la logique.

D'autant qu'associés aux expérimentés Beat Zberg, Alex Zülle, Laurent Dufaux et à la garde montante (Montgomery, Schnider) la Suisse pouvait prétendre jouer les premiers rôles. Camenzind et Markus Zberg faisaient d'ailleurs des Mondiaux un objectif déclaré.

Le présent moins rose

Qu'en reste-t-il aujourd'hui? Markus Zberg et Sven Montgomery sont sur la touche, blessés dans leurs chaires. L'Uranais à la Vuelta, le Bernois au Tour de France. Zülle est l'ombre de lui-même. Dès lors, la marge de manœuvre de Jean-Claude Leclercq, directeur technique de «Swiss Cycling», se trouvait réduite.

«Cette sélection est basée uniquement sur des critères sportifs, sur les résultats, la manière de courir des athlètes. Et en fonction des discussions que j'ai eues avec chacun d'eux», affirme Jean-Claude Leclercq.

Ce Français d'origine - il fut champion de France en 1985 - est un homme du sérail. Il y a quelques années encore, il côtoyait ses sélectionnés au sein du peloton. Aujourd'hui, il est appelé à prendre la succession de Wolfram Lindner, l'homme qui a conduit Pascal Richard sur la plus haute marche du podium olympique. Gianetti, Camenzind et le cadet des Zberg sur le podium des Mondiaux.

Zampieri, la relève

Pas de surprise donc dans ses choix. Camenzind, Beat Zberg, Jeker en têtes d'affiche. Gianetti et Dufaux en hommes d'expérience. La sélection comprend quatre Romands: le Vaudois Dufaux, le Fribourgeois Pierre Bourquenoud, le Neuchâtelois Steve Zampieri et le Valaisan Alexandre Moos.

«Bourquenoud est solide», relève Leclercq. «Il possède une bonne base. Dans un rôle bien défini, il rendra de grands services». Les sélections de Moos et Zampieri relèvent de la logique. «Moos a gravi un échelon cette saison. Et Zampieri est un jeune très prometteur. Il a d'ailleurs montré tout au long de la saison qu'il pouvait se hisser au niveau international.»

Enfin Niki Aebersold, Christian Heule et Lukas Zumsteg sont des garçons durs au mal. Reste Martin Elminger. Depuis son titre de champion de Suisse décroché avec brio à Bellinzone, il est resté d'une grande discrétion...

Pour les remplaçants, Lechercq a porté son choix sur le Bernois Daniel Schnider et le Tessinois Felice Puttini. Ne manque à l'appel que le Jurassien Roger Beuchat. En évidence à Plouay l'automne passé.

Dans les autres sélections, côté romand, on relève, chez les moins de 23 ans, le nom de du Jurassien Vincent Bader. Stagiaire de l'équipe «Phonak». Chez les juniors l'espoir valaisan de Troistorrents, Steve Morabito, sera de la partie.

Dans la spécialité du contre-la-montre, les noms de Jean Nuttli, le nouveau champion de Suisse, et du jeune Bernois Fabian Cancellara ne se discutent pas. Avec le Tessinois Rubens Bertogliati (remplaçant) se sont en effet les seuls à pouvoir jouer dans la cour des grands.

Enfin, chez les dames, on note la présence de la Valaisanne Annette Beutler (Naters) et de la Bernoise Sandra Wampfler (Prêles).

Pierre-Henri Bonvin

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?