Navigation

Une réouverture dans la grogne

Le métier de routier est aussi fait de périodes d'attente pas toujours appréciées des chauffeurs. Keystone

Le tunnel routier du Gothard a rouvert samedi aux camions. Le trafic marchandise est rétabli, mais les routiers sont mécontents.

Ce contenu a été publié le 22 décembre 2001 - 18:35

Les chauffeurs sont fâchés des temps et des conditions d'attente. La police admet que les cadences sont ralenties par rapport aux prévisions.

La neige n'a pas arrangé les choses côté uranais, d'autant plus que de nombreux camions sont mal équipés pour des conditions de circulation hivernales.

Alors qu'une centaine de poids lourds ont traversé le tunnel lors des passages en début de matinée, ils n'étaient plus qu'une trentaine à le franchir vers midi, quand la neige commençait de recouvrir la chaussée.

Froid et pas de toilettes

Au Tessin, une longue file d'attente de poids lourds à la hauteur de Piotta était rangée sur le côté de la route. Les chauffeurs attendent durant environ deux heures, dans le froid et sans toilettes, de pouvoir franchir le tunnel du Gothard.

«Si nous avions su cela, nous aurions emprunté le Simplon ou le Grand-St-Bernard», a lancé John McKee, d'Edimbourg. L'homme craint de ne pas arriver chez lui à temps pour Noël, puisque la France interdit la circulation des poids lourds dès samedi à 22h00.

«Lorsqu'il y a des blocages routiers en Angleterre, la police organise des toilettes et des boissons chaudes, alors qu'ici nous ne sommes même pas informés de ce qui se passe», ajoute un de ses collègues.

De son côté, la police tessinoise admet que les franchissements cadencés toutes les deux heures, à raison de 200 camions par passage, ne se déroule pas comme prévu.

Camions trop lents

Les chauffeurs poids lourds feraient en outre preuve de davantage de prudence que celle imposée par les consignes de sécurité. «Ils roulent trop lentement», a souligné Yvan Stern, de la police cantonale tessinoise. Peut-être parce qu'ils craignent de s'approcher trop près du camion qui les précède.

Mais plus ils progressent dans le tunnel, plus ils ont de la peine à maintenir la distance obligatoire de 150 mètres, d'où un danger accru de collision, selon des chauffeurs.

Sur la route du San Bernardino, la réouverture du Gothard est passée presque inaperçue. Si les camions ont été moins nombreux, l'A13 a quand même été très chargée, en particulier à cause des départs en vacances.

Grogne populaire

Entre 300 et 400 personnes ont par ailleurs manifesté sur le tarmac de l'aérodrome de Quinto contre la réouverture aux camions du tunnel du Gothard. Elles ont lancé un appel à Berne contre sa politique «erronée et précipitée» de réouverture aux poids lourds.

Les manifestants n'avaient aucune intention de bloquer le trafic. Ils se sont retrouvés en compagnie de nombreux politiciens, dont les conseillers d'Etat Marco Borradori et Gabriele Gendotti, ainsi que les conseillers nationaux Fabio Pedrina (PS), président de l'inititative des Alpes, et Flavio Maspoli (Lega) notamment.

Des représentants de la police cantonale sont aussi venus témoigner leur désaccord avec la politique des transports menée par Moritz Leuenberger.

Bravant le vent glacial qui balayait la Léventine, tous ont répondu à l'appel lancé par les cinq communes les plus touchées par le trafic de la vallée. De plus, une quinzaine de députés au Grand Conseil tessinois, incarnant tout l'éventail politique cantonal, a rejoint le mouvement.

Les manifestants craignent qu'un nouveau drame cher en vies humaines ne soit nécessaire «pour que Berne ouvre les yeux». Pour Marco Borradori, chef du Département du territoire tessinois, le problème réside dans la précipitation: «A mon avis, l'erreur est d'avoir voulu tout rouvrir et tout de suite».

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?