Navigation

Une précieuse plateforme d'échanges pour la Suisse

Un policier scrute le terrain au forum de Davos. Keystone

Quatre des sept membres du gouvernement helvétique participent au Forum économique mondial (WEF) de Davos.

Ce contenu a été publié le 23 janvier 2003 - 08:17

Cette forte délégation illustre bien l'importance qu'accorde la Suisse à cette réunion où elle multiplie les rencontres avec le gratin de la politique et de l'économie.

Cette année, plus de 2000 personnes provenant d'une bonne centaine de pays se retrouvent dans la station grisonne. Le gouvernement et les représentants de l'économie suisse ne pouvaient pas laisser passer une telle occasion.

Du côté du gouvernement, plusieurs ministres font le déplacement. Il s'agit, en l'occurrence, de Micheline Calmy-Rey (affaires étrangères), de Joseph Deiss (économie), de Kaspar Villiger (finances) et de Pascal Couchepin (intérieur et président de la Confédération).

Si Micheline Calmy-Rey fait le déplacement de Davos, c'est avant tout pour y rencontrer son homologue américain, le secrétaire d'Etat Colin Powell.

«Le WEF est intéressant pour la Suisse, souligne Livio Zanolari, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Notamment parce qu'il permet aux politiciens suisses d'organiser, en peu de temps, de nombreuses rencontres importantes.»

Et Livio Zanolari de se souvenir qu'il y a trois ans, l'ancien patron de la diplomatie suisse Joseph Deiss avait eu de nombreux contacts bilatéraux au plus haut niveau en l'espace de deux jours seulement.

La critique est permise

«Avec le WEF, dit encore Livio Zanolari, la Suisse offre une plateforme où des personnes aux intérêts différents peuvent discuter des grands thèmes et des problèmes de ce monde.»

Et nul besoin de se rendre à un contre-forum pour entendre des avis critiques. Au sein du WEF aussi, estime le porte-parole du DFAE, ces discussions peuvent être critiques.

Pour cette édition 2003, les organisateurs du forum ont d'ailleurs jugé que la critique était un point central. D'ailleurs, le mot d'ordre de la rencontre est «restaurer la confiance».

Visiblement, le WEF prend très au sérieux la perte de confiance témoignée par la société.

Les PME peu représentées

Et les politiciens suisses ne sont pas les seuls. Les patrons des entreprises suisses sont, eux aussi, au rendez-vous.

Et notamment ceux des grandes entreprises. «Novartis est membre du WEF depuis de nombreuses années», rappelle Satoshi Sugimoto.

Pour le porte-parole du géant pharmaceutique, le Forum de Davos représente une plateforme de dialogue importante et utile. «Même si, précise-t-il, toute les questions brûlantes ne peuvent pas être résolues dans un délai si court».

Autre géant de l'économie suisse, Nestlé participe également au WEF. Pour son porte-parole, ce rendez-vous est idéal.

«Le programme est chaque année intéressant, dit François-Xavier Perroud. Et puis, surtout, le Forum de Davos permet d'organiser des rencontres qui seraient normalement impossibles à cause d'agendas surchargés.»

Un avis partagé par la direction de l'UBS, la plus grande banque de Suisse. «Le WEF est une plateforme qui nous permet de soigner les contacts et les relations avec nos clients dans un cadre informel», déclare Monika Dunant.

«C'est la raison pour laquelle, ajoute la porte-parole de l'UBS, depuis des années, nous envoyons régulièrement une importante délégation à Davos.»

swissinfo, Elvira Wiegers
(traduction: Olivier Pauchard)

Faits

2150 participants au WEF 2003
1300 représentants du milieu économique
71 représentants d'ONG
239 personnalités publiques
264 représentants des médias

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?