Navigation

Une justice corrompue

Marcel Aymé, joué au Théâtre de Carouge. site M. Aymé

Le metteur en scène romand Michel Rossy crée au Théâtre de Carouge (GE) «La tête des autres», une satire sociale signée Marcel Aymé. Spectacle euphorique à souhait.

Ce contenu a été publié le 26 février 2001 - 11:50

«La tête des autres» n'est pas seulement celle qu'on envoie à la potence, à tort ou à raison. C'est aussi celle que l'on se paie lorsqu'on se moque d'autrui.

De qui donc Marcel Aymé se moque-t-il dans sa pièce que Michel Rossy met en scène au Théâtre de Carouge? De la magistrature, démolie en une phrase lapidaire qui résume à elle seule le propos de l'auteur: «La justice qui n'est pas d'accord avec la vérité, n'est pas la justice».

En misanthrope accompli, Marcel Aymé, qui en veut aux hommes et à leur laideur morale, s'est souvent réfugié dans la satire sociale. Son théâtre a connu son heure de gloire durant la première moitié du XXe siècle. «La tête des autres» fut créée en 1952 à Paris, déclenchant une très vive réaction dans le milieu visé de la magistrature.

Aujourd'hui, la corruption ne fait plus l'objet de pièces satiriques. En tout cas pas chez les auteurs francophones. Le visage de la vilenie semble devenir trop familier dans nos sociétés pour qu'on s'en effraye.

C'est pourquoi Michel Rossy a choisi de le «grimer», prenant le risque de désamorcer le pamphlet d'Aymé en le ravalant à la caricature.

Ça hurle, ça gigote sur le plateau au milieu duquel trône un long divan rouge, ring où s'affrontent deux procureurs véreux. Box d'accusé où un joueur de jazz, injustement condamné à mort, clame son innocence. Lit du plaisir où une épouse indigne s'adonne à un batifolage vulgaire.

La raillerie d'Aymé s'essouffle, pressée par le jeu des comédiens euphoriques à outrance. Se détache du lot Jean-Marc Morel, cynique comme il faut dans le rôle d'un tueur à gages.

Ghania Adamo

«La tête des autres». Théâtre de Carouge (GE), jusqu'au 18 mars. Loc. 022/343 43 43

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?