Navigation

Une initiative pour redonner vie aux rivières

Sur 53 espèces indigènes de poisson, 34 sont menacées d'extinction et 8 ont déjà disparu. RTS

Les pêcheurs ont lancé vendredi l’initiative «eaux vivantes» afin de redonner vie aux cours d’eau et restituer leur milieu vital aux poissons.

Ce contenu a été publié le 21 janvier 2005 - 11:39

Les initiants demandent également un à élargissement du droit de recours des organisations environnementales.

«Nos poissons vont de plus en plus mal», a expliqué vendredi à Berne Werner Widmer, président central de la Fédération suisse de pêche (FSP).

«Depuis 1980, la capture de truites a baissé de 60% en Suisse et dans le Rhin alpin. De plus, sur 53 espèces indigènes, 34 sont menacées d'extinction et 8 ont déjà disparu.»

Les trois volets de l’initiative

L'initiative populaire «eaux vivantes (initiative pour la renaturation)», lancée vendredi et qui doit être déposée avec 100 000 signatures avant le 6 juillet 2006, encourage la revitalisation des eaux publiques et de leur zones riveraines.

Le premier des trois volets de l’initiative stipule que «les cantons encouragent la renaturation des eaux publiques et de leurs zones riveraines. Ils ont souci de rétablir un état le plus naturel possible».

Le second prévoit que «chaque canton institue un fonds de Renaturation». Et le troisième précise que «le droit de motion et de recours d'organisations nationales de pêche, de protection de la nature et de l'environnement est inscrit dans la Constitution fédérale».

Cantons et centrales en accusation

Les pêcheurs dénoncent les effets néfastes des barrières fluviales artificielles, dont les conséquences négatives s'ajoutent à celles des centrales électriques.

Les premières interdisent aux poissons l'accès aux zones de frai situées dans les cours d'eau supérieurs et leurs affluents.

Et les secondes provoquent des crues artificielles lorsque la demande en électricité est grande et des décrues aux heures creuses de la journée.

«Cela peut arriver plusieurs fois par jour avec des conséquences désastreuses: les organismes vivants sont emportés par les crues et se trouvent à sec lorsque le débit faiblit», constate Werner Widmer.

La reproduction des poissons est gravement détériorée ou même empêchée, selon les pêcheurs.

Les pêcheurs se déclarent également «très préoccupés par le non-respect de la part des cantons de leurs devoirs légaux en matière d'assainissement des cours d'eau dépréciés par des prélèvements d'eau».

Ils estiment que la loi fédérale sur la protection des eaux (LEaux) de 1992 «est restée lettre morte" et dénoncent les liens privilégiés entre cantons et usines électriques, qui font que ces dernières ne respectent pas leurs obligations en matière d'assainissement des rivières, sans encourir de sanction.

swissinfo et les agences

Faits

Depuis 1980, la capture de truites a baissé de 60% en Suisse et dans le Rhin alpin.

53 espèces indigènes, 34 sont menacées d'extinction et 8 ont déjà disparu

La Fédération Suisse de Pêche réunit actuellement 406 sociétés issues de 22 cantons, ainsi que 3 associations professionnelles suisses représentant

Fondée en 1883, elle compte actuellement plus de 36'000 membres.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?