Navigation

Une Europe plus à droite et plus proche de la Suisse

Reuters

Les élections européennes de dimanche permettront aux partis du centre-droit de dominer le prochain Parlement. Un résultat de bon augure pour Berne dans son différend fiscal avec Bruxelles, selon René Schwok, de l'Institut européen de Genève. Interview.

Ce contenu a été publié le 08 juin 2009 - 18:31

Les journaux européens ont relevé ce lundi que la droite, au pouvoir comme dans l'opposition, était sortie renforcée des élections européennes, tout en soulignant que la gauche n'avait pas su tirer parti de la crise économique. Un constat que partage René Schwok, titulaire de la Chaire Jean Monnet à l'Institut européen de l'Université de Genève.

swissinfo: Un peu comme en Suisse lors des dernières élections fédérales, les partis de droite et les Verts sont les grands vainqueurs du scrutin de dimanche.

René Schwok: En effet, ces élections marquent une victoire du centre droit, une poussée des Verts et le laminage des sociaux-démocrates. L'extrême droite connait également une petite progression.

Au niveau européen, malgré les différences nationales, il y a donc une très bonne résistance du centre-droit. Il a même fait un meilleur score que ce que montrent les résultats bruts, puisque le Parlement européen a moins de députés que lors des précédentes élections et que les conservateurs britanniques viennent de quitter le Parti populaire européen (PPE).

D'une manière générale, le centre-droit a pratiqué ces derniers mois une politique d'intervention étatique, reprenant ainsi une partie du programme des sociaux-démocrates. Une tendance également observable en Suisse.

swissinfo: La gauche, elle, confirme son éclatement. Comment expliquer ce paradoxe, alors que le nombre de chômeurs augmente rapidement?

R.S.: A quelques exceptions près, comme en Grèce, la gauche socialiste est laminée dans toute l'Europe. Cela tient, comme je l'ai dit, à la reprise par le centre-droit d'une partie du programme de la gauche. De plus, les socialistes ne sont plus porteurs d'un discours imaginatif d'espérance et d'ouverture, ce qu'incarnent plutôt les Verts aujourd'hui. Ce glissement est très clair en France.

swissinfo: L'écologie constitue-t-elle l'avenir de la gauche en Suisse et en Europe?

R.S.: Une chose est sûre. En Europe, l'électorat socialiste ou social-démocrate est de plus en plus composé de fonctionnaires et de gens bien éduqués avec des revenus de classe moyenne. Les socialistes européens doivent tenir compte de ces mutations et proposer de nouveaux thèmes à un électorat très tenté par les Verts.

Cela dit, depuis des années, les observateurs disent que l'avenir appartient aux écologistes. Mais eux aussi ont connu des hauts et des bas, avec de gros problèmes de leadership. S'ils ont un bon leader, comme Daniel Cohn-Bendit, ils font un très bon résultat.

swissinfo: Ces élections marquent également une poussée de l'extrême droite. Au vu de l'ensemble des résultats, le Parlement européen va-t-il continuer à rechercher le consensus?

R. S.: Les partis d'extrême droite qui ont fait d'excellents scores dans certains pays, ont un grand problème structurel. Très nationalistes, ils peinent à se regrouper et à collaborer au niveau européen. Leur influence risque donc d'être faible.

De fait, le Parlement européen va continuer à suivre la recherche du plus grand consensus possible, à la manière de la Suisse.

A noter également la possible entrée de certains partis libéraux au sein du Parti populaire européen. Ce qui renforcerait encore cette formation politique.

Autre résultat important pour l'UE, le très mauvais score du parti Libertas en Irlande ouvre la voie à l'adoption par ce pays du traité de Lisbonne lors d'un probable prochain referendum et, donc, la mise en œuvre de ce traité par l'ensemble des pays membres. Un point essentiel pour l'avenir de l'Europe.

Par contre, la forte poussée des très eurosceptiques conservateurs en Grande-Bretagne risque de se confirmer lors des prochaines législatives dans ce pays. Ce qui ne manquera pas d'avoir un impact négatif, en particulier sur le Conseil des ministres de l'UE.

swissinfo: Ce résultat est-il bon pour la Suisse dans ses relations avec l'UE?

R.S.: Ce renforcement du centre-droit peut légèrement diminuer la pression sur la Suisse dans le dossier fiscal. Par définition, la gauche est plus exigeante dans ce domaine que la droite.

Le résultat des élections en Allemagne est aussi important pour la Suisse. La victoire des démocrates-chrétiens et des libéraux suggère une possible coalition de ces deux partis, au détriment des sociaux-démocrates qui sortent affaiblis de ce scrutin. Or ce parti s'était montré particulièrement agressif à l'égard de la Suisse et de son secret bancaire.

Cela dit, il faut rappeler que les pressions sur la Suisse sont venues de ministres de pays membres, de la Commission européenne ou du Conseil des ministres de l'UE, et beaucoup moins du Parlement européen.

Enfin, ces élections devraient faciliter la réélection de Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne. Or l'ancien Premier ministre du Portugal peut être considéré comme un ami de la Suisse. Il a d'ailleurs étudié à l'Institut européen et au Département de science politique de l'Université de Genève et connait bien la réalité helvétique.

Frédéric Burnand, Genève, swissinfo.ch

Le nouveau Parlement européen

Record Selon des résultats non définitifs, l'abstention a atteint 57,06 % (54,6% en 2004).

Centre-droit Les membres du Parti populaire européen (PPE) auraient obtenu 263 sièges sur les 736 que compte le Parlement européen. Les Libéraux obtiendraient 80 sièges.

Sociaux-démocrates Les socialistes, 2e force du parlement européen, récolteraient 161 sièges et les Verts 52 sièges.

Conservateurs Les "dissidents" du PPE, qui devraient regrouper les conservateurs britanniques, tchèques et polonais totaliseraient une cinquantaine de sièges.

Italie A noter aussi que la vingtaine de députés du Parti démocratique italien sont appelés à rejoindre le PSE, le groupe socialiste au Parlement européen.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?