Navigation

Une 5e Suisse à Expo.02

Les Suisses de l'étranger ont ouvert leurs valises pour les visiteurs d'Expo.02. swissinfo.ch

L'arteplage de Bienne accueillait samedi la Journée des Suisses de l'étranger. L'occasion pour les expatriés de dire haut et fort qu'ils existent!

Ce contenu a été publié le 10 août 2002 - 20:45

La Journée de la Cinquième Suisse s'inscrit dans les journées cantonales d'Expo.02. Surprenant? Pas vraiment, puisque les expatriés forment en quelque sorte le 27e canton suisse. Et ce samedi, ils étaient là pour se faire connaître.

Et pour donner leur image de la Suisse. Leurs images aussi. Au sens propre. Ils sont venus à Bienne avec leurs valises, pleines de cartes postales. Ils les ont ensuite déposées sur neuf chariots à bagage. Neuf stands répartis sur l'arteplage d'Expo.02.

Parmi les images, des inscriptions... «Saviez-vous que près de la moitié des Suisses de l'étranger ont entre 20 et 30 ans?» Ou encore «Saviez-vous que, jusqu'à la fin du 19e siècle, personne ne se préoccupait de la relation des expatriés avec la Suisse?»

Une vision idyllique

Dans les valises, on découvre encore des peintures bucoliques des Alpes. Des morceaux d'Emmenthal. Des drapeaux rouges à croix blanche. Leur vision de la Suisse est souvent idyllique. Et le regard qu'ils posent sur leur pays d'origine est très tendre.

Quand on évoque cette question, on sent d'ailleurs une grande émotion. A la question «Etes-vous attachée à la Suisse?», Hélène de Roche, qui vit à Paris depuis 40 ans, craque. «Je suis trop émue... attendez un instant!», répond la directrice de la Fondation suisse de la cité universitaire internationale de Paris.

Pour Jean-Paul Aeschlimann, Suisse établi à l'étranger depuis 30 ans, qui habite aujourd'hui Montpellier, cet attachement représente parfois un danger.

«On a tendance à magnifier les liens qui nous unissent à notre pays d'origine, à ne retenir que le positif et donc à rester sur des idées figées, qui deviennent fausses avec le temps», explique-t-il.

Cette tendresse se traduit pour certains par leur amour pour le folklore et les clichés. «J'aurais voulu voir plus d'images traditionnelles de la Suisse à Expo.02... Le chocolat, par exemple», lance cette adolescente expatriée au Japon.

«Je dois avouer que je vibre quand j'entends des chœurs folkloriques. Au point de verser une larme quelquefois, reconnaît pour sa part Pierre-Alain Bolomey, expatrié en Belgique. On est vraiment attaché au terroir. C'est sûr...»

Une Expo entre traditions et modernité

D'Expo.02, cet expatrié attend qu'elle se situe entre traditions et modernité. «Qu'elle donne une image d'ouverture et de créativité, tout en gardant ces choses typiquement suisses. Comme le folklore.»

Et le drapeau suisse? Pas assez présent à l'exposition nationale? «Ce n'est pas essentiel, répond Hélène de Roche. Il est décoratif avant tout. Je n'ai pas d'attachement particulier pour le drapeau. Mon amour et ma nostalgie pour mon pays sont plutôt liés aux valeurs humaines, aux qualités des Suisses.»

Samedi, l'Organisation des Suisses de l'étranger a particulièrement respecté la tradition. Elle avait réservé une place importante à la musique avec la fanfare de la Garde Suisse Pontificale, entre autres.

Et surtout, à en croire la responsable de cette journée, le message essentiel est passé. «La communication entre Suisses de l'étranger et visiteurs d'Expo.02 a très bien fonctionné», se réjouit Gabrielle Keller. La Cinquième Suisse a été écoutée. Et entendue, peut-être.

swissinfo/Alexandra Richard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?