Navigation

Un mystérieux virus alerte la Suisse

Quelque 83 cas de SARS ont été détectés à Hong Kong. Keystone

Une pneumonie atypique venue d'Asie du Sud-Est met les autorités en alerte. A Genève, deux cas suspects ont été signalés, mais le mystérieux syndrome semble hors de cause.

Ce contenu a été publié le 17 mars 2003 - 14:27

La Suisse a pris des mesures préventives aux aéroports et ouvert une ligne d'urgence.

L'un des deux cas supposés de pneumonie atypique signalés à Genève ce week-end correspondait parfaitement à la définition de la maladie.

Le professeur Didier Pittet, chef du service de préventions des infections aux Hôpitaux universitaires de Genève, confirme. Mais il se veut rassurant. D'ailleurs, lundi, le patient en question allait «très bien».

De retour de Chine, l'homme de 35 ans s'est rendu aux urgences samedi sur les conseils de son médecin traitant. Après examen, il a été autorisé à rentrer chez lui.

Une infection n'est contagieuse que lors de l'incubation et dans sa phase aiguë. Or, selon Philippe Sudre, médecin cantonal délégué aux maladies transmissibles, ce malade a déjà dépassé ce stade.

Pour le deuxième cas douteux, les médecins sont plus affirmatifs. Le patient, âgé de 68 ans, s'est rendu aux urgences, samedi également, avec de la fièvre.

Mais les symptômes qu'il présente ne correspondent pas à une pneumonie atypique. Il pourrait s'agir, en l'occurrence, d'une simple grippe.

Ouverture d'une 'hot line'.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) confirme qu'il s'agit d'une fausse alerte et que les deux personnes ont pu quitter l'hôpital.

Quoi qu'il en soit, sans s'affoler, les autorités sanitaires ont aussitôt réagi. Le gouvernement, la compagnie Swiss et les aéroports suivent de près l'évolution de l'épidémie.

Une ligne d'urgence a été créée pour la population suisse qui, précisent les autorités sanitaires, n'est pas en danger.

«Nous distribuons une information à tous les voyageurs en provenance des pays concernés, affirme Pierre-Alain Raeber, spécialiste des maladies infectieuses de l'OFSP.

Et d'ajouter sur les ondes de la Radio suisse romande: «S'ils présentent des symptômes (forte fièvre, troubles respiratoires, toux), nous leur recommandons de consulter un médecin dans les 15 jours».

La semaine dernière déjà, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait lancé une alerte mondiale contre cette maladie inconnue qui a tué 9 personnes.

L'OMS a reçu des rapports concernant plus de 150 malades qui pourraient être atteints par cette nouvelle forme de pneumopathie virulente en provenance de Chine, de Hong Kong, d'Indonésie, des Philippines, de Singapour, de Thaïlande et du Vietnam.

Une maladie qui voyage

Ce qui inquiète surtout les autorités sanitaires mondiales, c'est que le Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS) voyage par avion.

Ce week-end, deux personnes sont décédées au Canada. Et, en Allemagne, un citoyen de Singapour présentant des symptômes est toujours en quarantaine.

Les autorités sanitaires suisses sont en mesure de prendre en charge des cas isolés, comme elles l'ont d'ailleurs fait dimanche soir à Genève.

Et, s'il le fallait, elles seraient même en mesure de s'occuper d'une épidémie à bord d'un avion.

Un cause inconnue

L'origine de cette maladie reste inconnue. Des essais effectués dans les laboratoires les plus réputés du monde n'ont encore rien donné.

«Impossible de procéder à un dépistage systématique, précise Pierre-Alain Raeber, puisqu'on ne sait pas quoi dépister.»

Cela explique qu'il n'existe pas non plus de médicament pour lutter contre cette maladie.

«Nous nous contentons d'appliquer des traitements de support tels que l'hydratation et la prescription d'antibiotiques», confie Pierre-Alain Raeber.

Et de conclure: «Puisque l'on ne peut pas soigner la cause, inconnue, on soigne les symptômes. Comme pour la grippe, les patients guérissent grâce à leur immunité naturelle».

Les spécialistes précisent que la maladie est contagieuse. Elle se transmet une fois le contact établi. Ainsi, les proches des malades ainsi que le personnel médical sont rapidement touchés.

La vigilance est donc de mise, mais pas d'affolement. Pour l'instant, Berne ne va pas jusqu'à déconseiller de se rendre dans les pays concernés.

swissinfo avec les agences

Faits

L'Office fédéral de la santé publique (OSFP) a ouvert une ligne destinée au public: 00 41 (0)31 322 88 04.

L'OFSP ne déconseille pas formellement de se rendre en Asie du Sud-Est. Mais il suit la situation de près.

End of insertion

En bref

- D'origine inconnue, le Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS) est hautement contagieux et ne bénéficie actuellement d'aucun traitement.

- L'OMS a reçu des rapports concernant plus de 150 cas possibles de cette nouvelle forme de pneumopathie virulente en provenance du Canada, de Chine, de Hong Kong, d'Indonésie, des Philippines, de Singapour, de Thaïlande et du Vietnam.

- L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclenché une alerte mondiale, afin d'empêcher la maladie de se propager par avion.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?