Navigation

Un futur Wankdorf scintillant de blancheur

La maquette du nouveau stade du Wankdorf. br

Samedi, Young-Boys joue contre Lugano son dernier match dans son stade. Le Wankdorf sera démoli puis reconstruit en trois ans. L'entreprise Marazzi est à l'origine du projet et s'apprête à construire un nouveau temple du football suisse.

Ce contenu a été publié le 06 juillet 2001 - 14:16

Créée en 1972, l'entreprise générale de construction Marazzi remonte, en vérité, au début du siècle, avec un grand-père venu du nord de l'Italie construire dans l'Emmental des étables pour les paysans bernois.

De père en fils, les Marazzi se font connaître dans le canton de Berne, puis dans toute la Suisse. L'entreprise compte aujourd'hui 350 employés. Plus d'une centaine seront affectés au projet du nouveau Wankdorf.

Peu de gens le savent, mais ce sont les Marazzi qui ont lancé le projet du stade St-Jacques à Bâle. Et ce sont eux qui ont fait appel aux fameux architectes bâlois, Herzog et de Meuron.

«Nous avions l'idée d'un nouveau Wankdorf depuis dix ans, déjà, explique Jean-Daniel Zurkinden, conseiller juridique de l'entreprise Marazzi. Mais nous savions que les autorités publiques n'en avaient pas les moyens financiers. Nous avons donc élaboré un concept qui puisse être financé à la fois par le privé et le public.»

Pour faire avancer le projet, l'entreprise de construction Marazzi a trouvé Coop, Suva et Winterthur Leben pour assurer le financement des travaux. Coût budgeté: 350 millions de francs.

«Puis, nous avons soumis notre projet au propriétaire du terrain, la Burgergemeinde de Berne, au propriétaire du stade, la société Verein Fussball Stadion Wankdorf, ainsi qu'aux autorités de la Ville de Berne, qui ont demandé de lancer un concours d'architecture».

En 1998, le jury choisit trois architectes: Jean-Pierre Schwaar, Rodolph Luscher, et Felix Rebmann. Le projet est lancé.

C'est ainsi qu'au début août de cette année, une entreprise spécialisée va procéder à la démolition du Wankdorf, en employant d'abord des charges explosives, puis en faisant appel aux machines de chantier.

D'octobre à février 2002, la 2e phase consistera à creuser 7 à 8 mètres dans le sol, sur une surface de 280 sur 260 mètres. Pas moins de 550 mille mètres cube de terre seront extraits.

Puis, «on procédera aux fondations. Une phase où l'on coulera beaucoup de béton. Une fois sorti de la fosse, nous placerons les éléments métalliques pré-fabriqués des rampes des tribunes».

Ensuite, «on revêtira le chantier d'une robe blanche transparente en polycarbona. Laquelle sera coiffée d'une aile d'avion».

Pour se faire une idée du nouveau Wankdorf, poétise Jean-Daniel Zurkinden, «il faut imaginer un diamant scintillant de blancheur posé sur un écrin vert-pelouse.»

Le nouveau stade du Wankdorf contiendra 31'000 places assises et couvertes. Mais, avec des spectateurs debout, sa capacité maximale pourra contenir jusqu'à 38'000 personnes.

La phase de construction proprement dite courra de mars 2002 à mars 2004. Le nouveau stade du Wankdorf devrait pouvoir être inauguré en automne 2004.

Le Wankdorf ne sera donc plus un simple grand stade de football, mais un immense complexe, notamment sous-terrain avec un parking de 700 places sur deux étages. A côté, le centre d'achat Coop, un centre médical de rééducation et une trentaine de surfaces pour détaillants.

En outre, une annexe abritera des bureaux, une école et huit appartements privés. Entre le stade et l'annexe, une aire de rencontre bordée d'arbres.

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?