Navigation

Un Forum social sur trois continents

Les premiers participants au FSM à Caracas sont déjà sur place. Keystone

Les délégués suisses au Forum social mondial (FSM) se félicitent de la décision d'organiser pour la première fois cette réunion multiculturelle sur trois continents.

Ce contenu a été publié le 23 janvier 2006 - 10:09

Selon eux, cette nouvelle formule permet d'attirer davantage l'attention sur la globalité de la lutte contre la pauvreté dans le monde.

Pour la première fois depuis sa création en 2001, le Forum social mondial – sommet qui se tient en réponse du rendez-vous annuel du Forum économique mondial (WEF) de Davos – réunira les organisations non-gouvernementales à trois endroits du globe. Et sur trois continents différents.

Les villes choisies pour accueillir l'édition 2006 du FSM sont Bamako au Mali, Caracas au Venezuela et Karachi au Pakistan.

Le premier volet de l'événement s'est ouvert jeudi dernier à Bamako, où sont réunis près de 30'000 participants. Dès mardi, Caracas prendra le relais jusqu'au 29 janvier. Une série de rencontres finales est encore prévue au mois de mars à Karachi.

De fait, les organisateurs espèrent que la présence du FSM en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie permettra de mieux faire comprendre que la lutte contre la pauvreté est un problème global.

Les mêmes buts

Paolo Gilardi, du Syndicat suisse des services publics (SSP) est membre de la délégation helvétique qui se rend à Caracas.

Interrogé par swissinfo, il affirme que le but principal du Forum social mondial n'a pas changé depuis la création de ce dernier il y a six ans.

«Le but est identique à ce qu'il a toujours été: rassembler les forces contre l'injustice sociale et proposer des stratégies susceptibles de contrer la domination du capitalisme global.»

Paolo Gilardi ajoute que le FSM est une occasion de développer des contacts avec des représentants d'autres syndicats et d'organisations non-gouvernementales. Mais aussi de pouvoir découvrir à quoi ressemble réellement la vie des gens dans les pays pauvres.

«Nous (la délégation Suisse) venons d'un pays riche mais nous ne sommes pas là pour donner des leçons, explique Paolo Gilardi. Nous sommes là pour écouter et apprendre plus sur les problèmes économiques et sociaux de la planète.»

Selon ce dernier, la décentralisation du rendez-vous du Forum social mondial ne signifie pas la fin de manifestations «antimondialisation» uniques et à grande échelle.

«Vous ne pouvez pas parler d'un petit événement lorsque plus de 80'000 personnes vont se réunir à Caracas», argumente-il encore.

«Cette année, l'idée était d'éviter de concentrer toutes les activités du FSM sur un endroit, mais plutôt de donner de la place à des programmes culturels et de développement différents sur trois continents.»

Migration et développement

Ainsi, les discussions à Bamako ont principalement porté sur les questions de la migration au départ de l'Afrique et sur les disparités sociales, alors que le rendez-vous de Caracas va plutôt se concentrer sur le développement de l'Amérique du Sud.

«Les problèmes auxquels la population doit faire face ne sont tout simplement pas les mêmes au Venezuela ou en Afrique, pointe Paolo Gilardi. C'est pourquoi il est tout à fait sensé d'organiser le Forum sur des continents différents.»

«Mais nous ne pourrons réellement juger du succès de cette rencontre en trois étapes que lorsqu'elle sera terminée. Il faudra alors évaluer ce qui a été réalisé.»

A noter que le rendez-vous de Caracas commence juste avant le début du WEF qui réunit les leaders politiques et du monde des affaires du monde entier à Davos.

La nouvelle chancelière allemande, Angela Merkel, prononcera d'ailleurs le discours d'ouverture mercredi dans la station grisonne.

swissinfo, Ramsey Zarifeh
(Traduction et adaptation de l'anglais, Mathias Froidevaux)

Faits

Le Forum social mondial (FSM) 2006 est le sixième rendez-vous du genre. La première édition a eu lieu en 2001, elle se voulait une alternative au Forum économique mondial (WEF) de Davos qui se tient chaque année en janvier dans la station grisonne.
Cette année, le FSM est organisé pour la première fois sur trois continents différents.
Le premier volet de la manifestation a eu lieu a Bamako, au Mali, du 19 au 23 janvier.
La capitale vénézuélienne Caracas accueille un deuxième temps du FSM du 24 au 29 janvier.
Une série de rencontres est encore prévue en mars à Karachi au Pakistan.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?