Navigation

Trop de poussières fines toute l'année

Les enfants sont particulièrement exposés aux effets des poussières fines. Keystone

Les valeurs des poussières fines présentes dans l'air sont trop élevées en Suisse, et pas seulement durant les phases de pics comme celles enregistrées au début de l'année.

Ce contenu a été publié le 12 décembre 2006 - 19:58

A l'orée de l'hiver, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a tiré la sonnette d'alarme et a fait le point sur son plan de lutte.

Dans la lutte contre les poussières fines, Berne veut donner la priorité à la réduction des suies cancérogènes émises par les moteurs diesel et la combustion du bois. Les véhicules et les chauffages existants ne sont pas concernés par les mesures envisagées.

Après une régression entre 1990 et 2000 - de 20% à 40% selon les régions -, les valeurs ont repris l'ascenseur ces dernières années, avec des pics au début de l'année. La valeur limite annuelle n'est plus guère respectée que dans les régions rurales et de montagne.

Diminuer la pollution due aux poussières fines est un travail de longue haleine, a relevé le directeur de l'OFEV Bruno Oberle. Les sources d'émissions sont nombreuses et les processus de formation complexes.

Mesures en cours

Le plan d'action de la Confédération vise essentiellement à agir contre les poussières fines primaires et en priorité à diminuer au maximum les suies de diesel et de bois cancérogènes. Plusieurs mesures sont en cours de réalisation.

La Suisse a ainsi notifié à l'Organisation mondiale du Commerce et à l'Union européenne sa volonté d'introduire de manière anticipée la future norme européenne EURO 5 pour les nouveaux véhicules diesel légers.

L'évaluation des résultats de la notification est en cours. Le gouvernement (Conseil fédéral) doit se prononcer sur la suite du dossier au début de l'an prochain.

Les bases légales du remboursement différencié de l'impôt sur les huiles minérales pour les entreprises de transports équipant leurs bus de filtres à particules ont été acceptées par le Conseil fédéral en septembre.

Les travaux de mise en œuvre sont en cours. L'obligation d'équiper les bus des transports régionaux de tels filtres va figurer dès 2007 dans les appels d'offre.

Chauffages au bois

Concernant les suies produites par les chauffages à bois - de la cheminée privée aux grandes centrales - l'ordonnance ad hoc est en consultation. Les nouvelles installations jusqu'à 350 kW devront répondre aux normes européennes et aux valeurs limites d'émissions de poussières dès janvier 2008.

Les installations existantes, notamment les 500'000 à 600'000 cheminées et autres poêles de salon, ne sont pas concernées par la mesure. Toutefois, un filtre à particules électrostatique coûtant entre 2000 et 3000 francs est d'ores et déjà disponible sur le marché, a relevé Bruno Oberle.

Développé par le Laboratoire fédéral de recherche et d'essai des matériaux sur mandat de l'OFEV, il est commercialisé par une des entreprises qui ont participé au projet.

Il peut être adapté sur pratiquement toutes les installations et réduit les émissions de 70 %. Il pourrait faire l'objet de mesures incitatives si le législateur le souhaite.

Nous visons le moyen et le long terme, a encore relevé le directeur de l'office. En cas de nouveaux pics cet hiver, la stratégie de mesures à court terme élaborée par les cantons complèteraient l'action de la Confédération.

swissinfo et les agences

Faits

Les particules fines sont produites par le processus de combustion, le frottement mécanique des pneus ou de gaz dans l'air.
Les plus problématiques proviennent des gaz d'échappement des moteurs diesel.
Du fait de leur petite taille, elles provoquent des inflammations aiguës des voies respiratoires.
En concentrations importantes et durables, elles réduisent l'espérance de vie (cancers et maladies cardio-vasculaires).

End of insertion

En bref

Le gouvernement a approuvé en juin un vaste plan d'action pour réduire les poussières fines qui obligera notamment les véhicules diesel à être munis d'un filtre à particules.

En février, les cantons de Berne, Zurich et de Suisse centrale ont limité à 80 km/h la vitesse sur les autoroutes. Résultat: une réduction de 5 à 10% des taux de microparticules par rapport à d'autres régions du pays.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?