Navigation

Streuli, un Suisse très cosmopolite à Paris

La Streuli's touch (sans titre (USA 95)). attitudes.ch

Le photographe alémanique Beat Streuli expose au Palais de Tokyo. Regard sur une oeuvre totalement «dans le coup».

Ce contenu a été publié le 27 janvier 2002 - 11:01

Il est l'artiste dont tout le monde parle dans les milieux branchés parisiens. Jusqu'au 31 mars, l'œuvre du photographe suisse alémanique Beat Streuli a les honneurs du grand hall du Palais de Tokyo.

Le plus influent des quotidiens français, Le Monde, lui consacre un long article et le tout nouveau «site de création contemporaine», qui vient d'ouvrir ses portes avenue du Président-Wilson, le cite volontiers en exemple.

Aussi bien par son approche que par sa démarche, Beat Streuli serait aujourd'hui l'archétype du photographe de ce début de XXIème siècle: cosmopolite et imprégné par l'anonymat des grandes mégalopoles modernes.

Eviter la pose

Il faut dire que la «touche Streuli» a fait le tour de la planète. Elle est immédiatement reconnaissable, porte la griffe de son auteur. On reconnaît au premier coup d'œil un tirage de Robert Doisneau ou d'Helmut Newton. De même, les fameuses prises de vue en extérieur, souvent urbaines, captées par le téléobjectif, portent la signature de Beat Streuli. Lequel répète volontiers qu'il a «adopté la photographie parce que c'était le moyen le plus simple de rétablir la vie».

De toute évidence, Beat Streuli ne désire pas agir sur ce qu'il voit à travers son objectif. Pour l'artiste suisse alémanique, il s'agit d'éviter la pose. Le photographe n'est que le simple médiateur d'un monde où les rapports sociaux sont réduits au minimum, sinon absents. L'œil brut du photographe serait ainsi le meilleur révélateur de notre nouvelle condition humaine, celle qui se fond dans la banalité de la mondialisation.

A cet égard, Beat Streuli est peut-être le moins helvétique de tous les artistes suisses. L'homme, qui vit aujourd'hui à Düsseldorf, est comme un poisson dans l'eau à Londres, New York, Tokyo, et bien sûr Paris.

Jacques Allaman, Paris

Exposition Beat Streuli, à voir à Paris, Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président-Wilson, jusqu'au 31 mars.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?