Navigation

Sous la Terre, il y a le Ciel

"Superstar", 1999. Marco Brambilla

«Sous la Terre, il y a le ciel» est l´une des deux intriguantes expositions qui se tient jusqu'au 15 octobre au Kunsthalle de Berne. Le cinéaste italo-américain, Marco Brambilla, a filmé le visage des passagers en transit dans les aéroports.

Ce contenu a été publié le 27 septembre 2000 - 12:15

Spectateur d'un matin, nous avons perdu nos repères espace-temps, comme contaminés par la tension qui balaie sans relâche les aéroports dans lesquels transitent les acteurs de la mondialisation. Seuls ou en quête d'une rencontre.

C'est que le réalisateur Marco Brambilla passe plus d'un mois par an dans les aéroports. Astucieux et créatif, il a converti ce temps perdu en projets artistiques.

Pour sa deuxième édition, le cinéaste a choisi de braquer sa caméra sur l'expression des visages qui passent la douane dans l'aéroport John F. Kennedy, à New York.

Défilent au ralenti - sur quatre moniteurs DVD suspendus - des visages tendus, fatigués, agacés, rêveurs, émerveillés. L'image se définit et se lit de droite à gauche. Déconcertant!

Tout est dans le regard et sur les lèvres de ces gens de passage. Walkman sur les oreilles, une jeune Américaine suce son pouce. Un grand et bel Indien est plongé dans ses affaires. L'une court pour rattraper le temps. L'autre vient conquérir un nouvel espace.

Cette installation multimédia nommée APPROACH a déjà été présentée en 1999 à la galerie Henry Urbach Architecture à New York. Elle se tient aujourd'hui au sous-sol (Sous la Terre, il y a le Ciel!) de la Kunsthalle de Berne.

Le décor sonore rappelle inévitablement le décollage des avions. Un sax lointain vient souligner la ligne de l'horizon. Derrière nous, sur le cinquième écran, l'artiste propose un atterrissage sur Los Angeles filmé depuis une cabine de pilotage. C'est GATEWAY.

Au demeurant, cette exhibition n'a l'air de rien. Mais qu'est-ce qu'elle vous fait voyager! Malgré vous. Comme si elle vous obligeait à entrer dans ce territoire «in-between». Vous l'avez compris, tout est en suspension dans cette exposition. Vous, nous, notre guide (l'historienne de l'art Sarah Zürcher), les passagers filmés et l'infrastructure technique du Musée.

«Sous la Terre, il y a le Ciel» fait partie de ces lectures différentes de l'espace-temps. Qui dépendent de vos attentes et contraintes, de vos envies et frustrations; bref, de l'état d'esprit qui vous habite un jour d'aéroport.

Emmanuel Manzi

Marco Brambilla a aussi publié le livre TRANSIT sur le même sujet aux éditions Booth-Clibborn à Londres.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?