Navigation

Les migrantes ont souvent une image stéréotypée

Les migrantes ont souvent une image désuète et truffée de stéréotypes aux yeux des médias et des politiciens. C'est la conclusion d'une étude présentée vendredi à Berne à l'occasion de la Journée mondiale des migrants et des migrantes.

Ce contenu a été publié le 18 décembre 2009 - 16:55

Les migrantes sont surtout représentées comme des victimes. Elles apparaissent comme des femmes non autonomes, passives, dépendantes des hommes et peu intégrées, a expliqué Simone Prodolliet, cheffe du secrétariat de la Commission fédérale pour les questions de migrations (CFM).

Pourtant la réalité est toute autre, constate l'étude «Femmes en migration», réalisée par l'université de Berne sur mandat de la CFM. Les migrantes peuvent aussi être au bénéfice d'une formation supérieure, parler plusieurs langues, avoir une fonction de cadre ou gagner leur vie en tant que cheffe d'entreprise.

Par exemple, 28% des migrantes exerçant une activité lucrative sont titulaires d'un diplôme universitaire ou d'une formation professionnelle hautement qualifiée, alors que pour les Suissesses cette proportion se situe à 24%.

Face aux constats dressés par l'étude, la CFM formule plusieurs recommandations. Elle préconise par exemple de briser les clichés attachés aux migrantes et de promouvoir leur potentiel. La commission plaide aussi pour un renforcement de la situation juridique des migrantes, dont certaines sont très vulnérables.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?