Navigation

Déploiement des secours vers Haïti

Après le violent séisme qui a frappé Haïti mardi, la première équipe suisse d'aide d'urgence a atterri dans la nuit de mercredi à jeudi à Saint-Domingue, capitale de la République dominicaine. Un atterrissage à Port-au-Prince n'était pas possible, selon Toni Frisch, chef de l'aide humanitaire de la Confédération.

Ce contenu a été publié le 14 janvier 2010 - 10:53

Les six experts se rendront en Haïti par voie terrestre pour évaluer les besoins les plus urgents. Une seconde équipe de 11 experts s'est envolée vers Saint-Domingue jeudi matin. Il s'agit de spécialistes en soins médicaux, de soutien aux sans-abri ou en approvisionnement en eau.

Un vol transportant 40 à 50 tonnes de matériel d'aide est prévu vendredi. En raison d'importants problèmes de logistique dans la région de la catastrophe, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait renoncé mercredi à mobiliser la Chaîne suisse de sauvetage.

Revenant sur la décision de ne pas envoyer dans l'immédiat la Chaîne de sauvetage en Haïti, soit un effectif de 60 à 100 personnes, le responsable de la coopération suisse indique que les premiers constats sur place ont renforcé cette conviction. Il faut attendre que l'aéroport soit à 100% opérationnel.

D'autres équipes de sauvetage rapide ont également rejoint Haïti par voie de terre depuis la République dominicaine. Sur place, des membres de la Croix-Rouge et des militaires sont à pied d'œuvre. L'ensemble de la logistique du pays sinistré est débordé, ajoute Toni Frisch, qui déplore le manque de vue d'ensemble.

Le CICR a pour sa part créé jeudi un site web spécial (voir le lien) pour aider des milliers de personnes à Haïti et à l'étranger à avoir des nouvelles de leurs proches. Les communications restent en effet très difficiles avec Port-au-Prince.

Sur place, des centaines de milliers de personnes ont entamé une nouvelle nuit de cauchemar mercredi soir dans les décombres de la capitale. Le président haïtien René Préval a dit redouter la mort de dizaines de milliers de personnes dans le séisme et son premier ministre «bien plus de 100’000 morts».

Nourriture, secours, médicaments et eau sont d'une «importance vitale» dans ce territoire démuni, où plus aucune infrastructure ne fonctionne depuis le tremblement de terre, affirme le Programme alimentaire mondial (PAM).

La Chaîne du Bonheur prépare une journée nationale de solidarité en faveur des victimes du séisme pour le 21 avril.

swissinfo.ch et les agences

swissinfo.ch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?