Navigation

Saint-Gall et Zurich signent la paix autour d'un globe

Keystone

Le 21 août prochain, les Zurichois vont remettre à leurs anciens ennemis saint-gallois une réplique du «Globe de la terre et du ciel», volé lors d'une guerre en 1712. Ainsi prend fin une querelle de 300 ans entre les deux cantons. Applaudissements de part et d'autre.

Ce contenu a été publié le 12 juillet 2009 - 07:42

Cette dispute d'un autre temps a eu le don de passionner les Helvètes, près de 300 ans après les faits. Tous les ingrédients contribuent à en faire un feuilleton rocambolesque et romanesque à la fois.

Mais avant que cet épisode ne rejoigne définitivement les livres d'histoire, il brillera encore sous les feux de l'actualité. Le 21 août en effet, le symbole de ce qui aura été une véritable querelle culturello-juridico-fédéraliste trouvera en effet son véritable épilogue.

Une lettre de lecteur déclenche tout

Ce jour-là, le canton de Zurich offrira à Saint-Gall une réplique du «Globe de la terre et du ciel» volé par les troupes zurichoises en 1712 lors de la deuxième bataille de Villmergen, ou «Guerre du Toggenburg».

Le 24 juillet de cette année-là, dans un conflit religieux, les Bernois et les Zurichois s'étaient emparés de la Bibliothèque abbatiale de St-Gall.

Depuis, les Bernois ont restitué leur butin. Les Zurichois en revanche avaient conservé quelque 40 manuscrits de la fameuse Bibliothèque, aujourd'hui inscrite au patrimoine de l'Unesco, de même qu'un globe astronomique, le «Globe de la terre et du ciel».

Les choses avaient été oubliées jusqu'à ce qu'une lettre de lecteur ne fasse grand bruit dans la presse locale, en 1996. Il ne s'agissait pas de n'importe quel lecteur puisque Karl Schmuki, son auteur, était collaborateur scientifique à la Bibliothèque. Il en est aujourd'hui le vice-directeur.

Karl Schmuki rappelait le vol et l'épineuse question du retour des trésors emportés en 1712. Une querelle de dix ans a suivi, à coup d'expertise et de contre-expertise.

Jusqu'à ce que la Confédération fasse usage d'un droit nouvellement inscrit dans la Constitution, à l'article 44: «Les différends entre les cantons ou entre les cantons et la Confédération sont, autant que possible, réglés par la négociation ou par la médiation.»

C'est ainsi que le conseiller fédéral Pascal Couchepin, ministre de l'Intérieur, a mandaté une équipe de médiation pour trouver une solution entre les deux cantons. L'accord a été signé le 27 avril 2006.

Un engagement vite donné...

Selon ce compromis, quarante manuscrits, restant propriété de Zurich, sont retournés à Saint-Gall au titre de prêt à long terme. Le globe de son côté reste au Musée national de Zurich où il se trouve depuis 1897, mais les Zurichois se sont engagés à en donner une réplique parfaite.

Deux ans et demi de préparation et de travail, 861'000 francs, les meilleurs artisans, sept bois massifs, des calligraphes travaillant avec de vraies plumes et les mélanges de couleurs reconstitués grâce à des analyses scientifiques: le globe est là, dans des couleurs resplendissantes.

Mesurant 120 cm de diamètre et 233 cm de haut avec son dispositif, l'œuvre dispose d'un grand avantage: elle fonctionne. Contrairement à son modèle, sorti de l'atelier après octobre 1571 (comme en atteste la représentation de la bataille de Lépanthe), le globe tourne sur son axe.

«Nous sommes très heureux de ce cadeau, pour lequel nous nous sommes battus», souligne la conseillère d'Etat st-galloise Kathrin Hilber. «Chez nous, certains nous ont reproché d'avoir accepté une réplique, mais le résultat est impressionnant.»

Napoléon et Couchepin...

La socialiste a même été si durablement impressionnée par le travail de médiation qu'elle a elle-même suivi une formation de médiatrice à l'Université de Saint-Gall. «C'est très utile...», lâche-t-elle.

«L'histoire suisse a deux grands médiateurs, Napoléon et Pascal Couchepin», s'est même réjoui son homologue zurichois Markus Notter.

A la Bibliothèque de l'Abbaye de Saint-Gall, la réplique est attendue avec impatience. «Son arrivée est un grand moment, j'en suis très heureux, confie le directeur Ernst Tremp. «Le globe est un symbole très fort et il fera un bel objet d'admiration dans la bibliothèque.»

Après la célébration du 21 août, en présence de Pascal Couchepin, le globe sera exposé gratuitement pendant trois semaines dans la salle de musique, puis au moins une année dans la grande salle baroque.

Zurichois et St-Gallois veulent lancer des travaux de recherche scientifique sur les nombreux mystères entourant encore le globe. Une représentation digitale sera peut-être aussi préparée de concert.

«En attendant, moi qui avait dit, en riant, que les Zurichois nous envieraient notre copie, je crois ne pas m'être trompé de beaucoup!», souligne Ernst Tremp.
De fait, les Zurichois ne cachent pas avoir la larme à l'œil à l'idée que leur travail sera bientôt déménagé. «Il ne faudrait pas, espère Markus Notter, que cela déclenche une nouvelle guerre...»

Ariane Gigon à Zurich, swissinfo.ch

Une pièce exceptionnelle

Probablement réalisé vers 1570 sur commande de la famille de marchands et de commerçants Fugger d'Augsburg (Allemagne), le Globe de la terre et du ciel est une pièce exceptionnelle à plus d'un titre.

Il est le seul ou un des seuls exemplaires à mêler ciel et terre sur le plan du globe, grâce une distinction entre couleurs et dorures. Ces représentations, le plus souvent, se faisaient sur deux globes.

D'un diamètre de 120 cm pour une hauteur sur dispositif de 233 cm, le globe était clairement un objet de représentation destiné à montrer le pouvoir de son propriétaire, l'abbé de St-Gall dès 1595.

End of insertion

Les deux guerres de Villmergen

Première guerre. Elle fut causée par une tentative de réforme de la Confédération en 1655, mais l'opération échoua à cause de la résistance catholique.

Les troupes catholiques ont en effet coupé les liens entre Zurich et Berne en battant les soldats bernois à Villmergen (AG) le 24 janvier 1656.

Seconde guerre. En 1712, Berne et Zurich profitèrent d'un conflit entre St-Gall et les protestants du Toggenburg. La «guerre du Toggenburg» ou «Seconde guerre de Villmergen» eut lieu le 24 juillet 1712. Les protestants l'emportèrent. La victoire mit un terme à l'hégémonie catholique en Suisse.

Les troupes bernoises et zurichoises, victorieuses, s'emparèrent de la bibliothèque de l'Abbaye de St-Gall. Si Berne rendit plus tard les biens dérobés, Zurich conserva une partie du butin, en particulier des manuscrits et un globe d'astronomie.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?