Navigation

Sabena au bord du gouffre

Christophe Müller ne sera plus l'employé de Swissair, mais de Sabena. Keystone

A l'issue d'un conseil d'administration, la direction de Sabena a lancé lundi soir à Bruxelles un cri d'alarme. Il faut négocier de toute urgence entre partenaires sociaux le plan de restructuration sinon la compagnie aérienne est menacée de «mort».

Ce contenu a été publié le 17 septembre 2001 - 22:36

La persistance du blocage entre la direction, les syndicats et les pilotes menace la survie de Sabena, dont Swissair détient 49,5 % du capital. Il faut commencer à négocier le plan stratégique dans les deux semaines qui viennent «autrement nous sommes morts», a déclaré le patron de la compagnie belge, Christoph Müller.

Du jamais vu

Ces tensions internes s'inscrivent dans un contexte de crise du transport aérien après les attentats contre les Etats-Unis. Sabena a perdu un million d'euros par jour à cause de l'annulation des vols transatlantiques. «Je n'ai jamais vécu une telle situation», a poursuivi Christoph Müller, qui ne sera plus désigné par Swissair mais sera désormais employé de Sabena.

Le président du conseil d'administration, Fred Chaffart, a «exhorté le personnel» à se mettre autour de la table de négociation. «Sans une mise en oeuvre immédiate (...) du Business plan, la compagnie ne survivra pas jusqu'à la fin de l'année». Il a affirmé que la grève sauvage des pilotes le 7 septembre avait coûté 5 millions d'euros (7,5 millions de francs suisses).

Action en justice

La situation est bloquée à Sabena après la décision de la compagnie de porter devant la justice son conflit avec les pilotes. Après une grève annoncée le 6 septembre, ceux-ci avaient débrayé à nouveau le lendemain, mais cette fois sans préavis. La direction avait alors intenté une action en référé menaçant de fortes astreintes les grévistes et leur association.

Depuis ce coup d'éclat, l'affaire est devant le tribunal. Les pilotes ont fait appel de cette décision et les syndicats estiment que le droit de grève est menacé.

Accord avec les syndicats

Les syndicats ont annoncé avoir trouvé un accord avec le conseiller de la compagnie à ce sujet. Mais l'association des pilotes (Belgian Cockpit Association BeCA) a refusé de «souscrire». «La conséquence est que les astreintes continuent à exister et que la procédure juridique se poursuit», ajoute son communiqué.

Les avocats des différentes parties ont plaidé lundi devant le juge des référés. Sa décision est attendue, selon la BeCA, dans les jours à venir. Sabena s'est engagée début août dans une restructuration qui doit notamment se traduire par la suppression de 1400 emplois sur 13 000 salariés. Une assemblée générale extraordinaire est agendée au 3 octobre.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?