Navigation

Retraite anticipée pour le patron de l'Office fédéral des étrangers

Peter Huber aura quitté la tête de l'Office fédéral des étrangers à fin septembre. Keystone

Peter Huber a annoncé jeudi à la ministre de la justice Ruth Metzler son intention de prendre sa retraite à fin septembre. Un départ anticipé que le directeur de l´Office fédéral des étrangers (OFE) justifie par des raisons personnelles et de santé.

Ce contenu a été publié le 04 janvier 2001 - 22:10

Peter Huber fêtera son 60ème anniversaire ce printemps. Jeudi, le Département fédéral de justice et police (DFJP) rappelle qu'il avait subi une opération il y a trois ans et précise qu'il souhaite désormais diminuer le stress inhérant à son activité et consacrer davantage de temps à son fils, âgé de treize ans.

Juriste de formation, Peter Huber est entré en 1976 au Ministère public de la Confédération, avant de diriger la Police fédérale de 1982 à 1990. Il avait alors essuyé le feu de la critique en pleine affaire des fiches, pour être finalement congédié en 1990.

Il a alors travaillé pour l'ancien chef du DFJP Arnold Koller avant de prendre la responsabilité opérationnelle de l'OFE en juin 1993. Depuis le 1er juillet 97, il en était devenu officielement le directeur.

Le passé de Peter Huber en tant que chef de la "police fouineuse" a refait surface récemment, lorsque le Conseil fédéral a rattaché le secrétariat de la Commission fédérale des étrangers à l'OFE.

En signe de protestation, le président de la Commission Fulvio Caccia avait alors démissionné, en compagnie d'autres membres. Peter Huber avait alors émis le soupçon que ce mouvement était lié à son ancienne fonction de chef de la Police fédérale.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?