Navigation

Réouverture du Gothard: la sécurité avant tout

Pour l'heure, il faut passer par le col du Gothard. Keystone Archive

Le Tessin et Uri tablent sur une remise en service du tunnel avant Noël. Mais Berne pose une condition sine qua non, celle de la sécurité.

Ce contenu a été publié le 30 novembre 2001 - 08:19

Le tunnel du Gothard pourrait théoriquement rouvrir avant Noël. Et c'est pour en parler que des membres des Conseils d'état uranais et tessinois sont montés jeudi à Berne.

«C'est possible, leur a dit en substance le directeur du Département fédéral des transports (DETEC). Pour autant que la sécurité soit assurée dans le tunnel.»

Un rapport d'experts

Avant de prendre une décision définitive, le conseiller fédéral Moritz Leuenberger doit encore étudier un rapport de faisabilité. Un document rédigé par des experts internationaux qui ont planché pendant plusieurs semaines sur la question de la sûreté à l'intérieur du tube.

Malgré l'optimisme affiché depuis dimanche dernier - depuis le début des travaux de réparation - par le Tessin et Uri, certains problèmes techniques n'ont pas encore été totalement résolus.

Et la date de réouverture du tunnel dépendra de l'expertise qui sera soumise la semaine prochaine au DETEC. Le jugement du Département de Moritz Leuenberger sera en effet déterminant pour la décision finale.

Un lourd tribut

Le ministre des Transports veut une solution définitive pour la remise en fonction du tunnel. Plusieurs variantes sont à l'étude. En effet, il est question d'une réduction du trafic, du respect d'une distance minimale entre les poids lourds, et de circulation alternée.

Il y va de la sécurité du transit alpin. Le thème sera d'ailleurs abordé vendredi à Zurich par Moritz Leuenberger et certains de ses homologues européens.

Les cantons d'Uri et du Tessin admettent que la sécurité prime avant toute autre chose. Mais les deux cantons payent un lourd tribut à la fermeture de leur axe de transit. Raison pour laquelle ils souhaitent vivement une réouverture pour Noël.

Sur place, les travaux de rénovation se poursuivent 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Lundi prochain, un mois et dix jours après la tragédie, les journalistes pourront pénétrer sous la voûte pour se rendre compte de son état.

Gemma d'Urso, Lugano

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?