Navigation

Quelles images pour dire la guerre?

L'image rend-elle effectivement compte de la réalité d'un conflit? Keystone Archive

Trois hommes d'images tentent de répondre à cette question: William Ewing, Tom Tirabosco et Antoine Plantevin.

Ce contenu a été publié le 04 avril 2003 - 19:33

Le premier dirige le Musée de l'Elysée, à Lausanne. Le deuxième se voue à la BD. Et le troisième au cinéma et à la télévision.

Il y a l'image en mouvement, chaque soir, au rendez-vous des journaux télévisés. Ou mieux, le film permanent de la guerre sur les chaînes d'actualité continue.

Il y a l'image arrêtée, en noir et blanc, dans la presse quotidienne, et celle, en couleur, des magazines. Raz-de-marée, déferlante. Avec un peu d'ingénuité, on pourrait avoir l'impression de tout savoir du conflit irakien.

Mais l'expérience de la première Guerre du Golfe aura au moins le mérite d'avoir servi d'avertissement: l'image, puissant moyen de communication est un outil de propagande. Et donc de mensonge.

Trois façon de considérer l'image

Car derrière son apparence de preuve (la pellicule imprimée par la réalité), on sait que l'image que nous voyons résulte d'une cascade de choix politiques et subjectifs. Autorisation des militaires américains ou du gouvernement irakien. Angle choisi par le photographe. Recadrage de l'image. Sélection par les agences ou les rédactions.

L'image qui dit tout. Et son contraire également. Alexandra Richard et Anne Rubin en ont parlé avec trois hommes qui vivent justement au travers de l'image.

Pour William Ewing, celle-ci est en substance une illusion qu'il faut interpréter. Tom Tirabosco se défie de l'image télévisée, et cède pourtant au besoin de voir. Quant à Antoine Plantevin, il refuse d'allumer sa télévision tant que le climat est dans le registre du passionnel.

swissinfo, Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?