Navigation

Public Eye Awards à Davos: 40 entreprises nominées

Les prix 'Public Eye' ont été remis pour la première fois en 2005 (source: Public Eye)

A un peu moins de deux semaines du Forum économique mondial (WEF), les organisateurs de la contre-manifestation 'Public Eye on Davos' ont dévoilé la liste des candidats au «Negative Award» économique 2007.

Ce contenu a été publié le 11 janvier 2007 - 16:40

Cette année encore, la Déclaration de Berne (développement durable) et Pro Natura (environnement) veulent par ce biais former un pôle d'opposition au WEF.

Pour la troisième édition de cette manifestation qui se tient en marge du WEF, les ONG du monde entier ont nominé au total un nombre record de 40 entreprises basées en Suisse et à l'étranger.

En remettant ces distinctions, la Déclaration de Berne (DB) et Pro Natura veulent «montrer au public que la médaille de la mondialisation a un revers qui est tout sauf propre». C'est l'irresponsabilité des entreprises dans le domaine social et écologique que sanctionnent ces prix.

Selon Oliver Classen, membre de la DB et coordinateur des 'Public Eye Awards', «le pillage des pays les plus pauvres est et reste, en ces périodes de haute conjoncture, la base de la réussite et des affaires de nombreuses entreprises multinationales».

Pour que celles-ci se sachent observées par les 'yeux du public', les organisateurs ont réuni les entreprises dans neuf groupes et ont constitué trois catégories afin de cibler la critique.

Irresponsabilité globale

Pour le prix global, le groupe suédois Ikea se voit reprocher ses manoeuvres pour contourner le fisc. Son fondateur Inkvar Kamprad est également épinglé. Etabli dans le canton de Vaud, il arrive en tête des fortunes en Suisse.

L'entreprise de pneumatiques Bridgestone/Firestone et le groupe Trafigura sont eux accusés de manquements environnementaux et sanitaires auprès de leurs travailleurs en Afrique.

Trafigura, actif dans le secteur de l'énergie et des métaux de base, est également visée pour avoir transmis de fausses informations aux autorités ivoiriennes.

Et irresponsabilité nationale

Innovation de cette édition, un prix de l'entreprise la plus irresponsable de Suisse sera décerné. Il reviendra à Xstrata/Crédit suisse, à Novartis ou à Ruag.

La société minière zougoise Xstrata est nominée pour l'élargissement d'une rivière en Australie, à l'origine d'une détérioration des conditions de vie des aborigènes et de la faune.

Le groupe pharmaceutique bâlois Novartis a lui été désigné pour l'arrêt de la productions de génériques et la cherté de son médicament Glivec contre le cancer.

Ruag, entreprise d'armement aux mains de la Confédération, se voit de son côté reprocher la fabrication de munitions de petits calibres et de bombes à sous-munitions, ainsi que ses livraisons d'armes dans les régions de conflit et sa collaboration avec le groupe israélien IMI.

La responsabilité également récompensée

Pour la deuxième année consécutive, un prix de félicitations, le 'Public Eye Positive Award', sera décerné.

C'est la première fois par contre qu'il reviendra à une entreprise puisque Coop est nominée pour sa contribution à l'environnement, notamment avec son offre en matière de produits bio.

Eosta est également cité pour sa production éthique et son action dans le domaine du développement durable. Le groupe Marks & Spencer est lui en course grâce à sa politique en matière de commerce équitable et sa coopération avec les ONG.

Les 'Public Eye Awards' seront remis le 24 janvier à Davos. La cérémonie sera animée par le cabarettiste Patrick Frey et ouverte par Jörg Sambeth, ancien responsable des installations au moment de la catastrophe écologique de Seveso en Italie.

swissinfo et les agences

En bref

'Public Eye on Davos' est une manifestation à visée critique.

Elle a lieu chaque année parallèlement à la tenue du Forum économique mondial à Davos. En 2007, il aura lieu du 24 au 28 janvier.

Cette manifestation est un projet commun de l'association pour le développement durable Déclaration de Berne et de l'organisation de défense de l'environnement Pro Natura.

'Public Eye on Davos' se veut solidaire du Forum social mondial. Celui-ci aura lieu du 20 au 25 janvier à Nairobi, au Kenya.

End of insertion

Les multinationales visées

Les 'Public Eye Awards' ont pour cible privilégiée les grandes entreprises. Ces dernières années, le géant de l'alimentation Nestlé a été critiqué à plusieurs reprises.

En 2005, la multinationale veveysanne avait été épinglé pour son attitude dans un conflit du travail en Colombie. Elle s'était aussi vu reprocher l'agressivité de ses méthodes de commercialisation pour des aliments pour bébés et le non-respect de prescriptions de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'an dernier, le lauréat le plus en vue a été Walt Disney, accusé de tolérer de graves atteintes aux droits de l'homme chez ses fournisseurs du sud de la Chine.

Pour la première fois en 2006, un 'Positive Award' avait aussi été décerné.

Il n'était toutefois pas allé à une entreprise, mais au syndicat mexicain SNRTE et aux deux ONG allemandes Germanwatch et FIAN, qui ensemble avaient empêché la fermeture illégale d'une usine de pneus du groupe allemand Continental au Mexique.

End of insertion
En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Les commentaires doivent respecter nos conditions.
Trier par

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?

Votre abonnement n'a pas pu être enregistré. Veuillez réessayer.
Presque fini... Nous devons confirmer votre adresse e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer pour achever le processus d'inscription.

Découvrez chaque semaine nos articles les plus intéressants.

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir gratuitement nos meilleurs articles dans votre boîte de réception.

Notre politique de confidentialité SSR fournit des informations supplémentaires sur le traitement des données.