Navigation

Promenade de santé pour Martina Hingis à Wimbledon

Mademoiselle Hingis passe le 1er tour de Wimbledon. Keystone

En moins d'une heure, et juste avant la pluie, Martina Hingis n'a jamais tremblé au premier tour de Wimbledon, face à l'Espagnole Angeles Montolio, défaite 6-1 6-2. L'opposition était décidément bien trop faible.

Ce contenu a été publié le 26 juin 2000 - 18:29

Au terme d'un bon galop d'entraînement face à une Espagnole (WTA 46), qui n'a jamais passé un seul tour sur le gazon londonien, deux petits sets 6-1 6-2 ont sanctionné un non-match entre deux joueuses de fond de terrain, l'une ne pouvant pas, l'autre ne voulant pas faire plus. Le duel a tourné court, exactement 54 minutes. Avec, à chaque fois, Martina Hingis qui domine les débats, habillée de son nouveau look aux trois bandes blanches et d'une casquette dont elle ne se dépareillera pas, malgré l'absence totale de tout rayon de soleil.

«Angeles Montolio n'était pas du genre à pouvoir m'inquiéter», lance la St-Galloise qui avoue ne même pas se rappeler avoir déjà une fois affronté et exécuté cette même adversaire. Mais l'essentiel n'était pas là. Un an après, quasiment jour pour jour, sur ce même court numéro un et en match d'ouverture, la Suissesse a définitivement effacé de sa mémoire, et de celle des journalistes anglais, sa déroute de l'an passé, lorsqu'elle avait été giflée d'emblée par l'Australienne Jelena Dokic.

«En sortant des vestiaires et lors de l'échauffement, c'est vrai que j'y ai pensé, concède-t-elle. Mais la nervosité s'est bien vite dissipée et je crois vraiment avoir plus ou moins joué comme je l'entendais.» Face à une Espagnole qui était dix fois plus anxieuse encore et qui n'a commencé à lâcher ses coups qu'au dernier jeu du match, sauvant en particulier sept balles de match, avant d'abdiquer. Le scénario devrait à peine être plus compliqué au tour suivant, face à un autre second couteau, peu tranchant sur le gazon, la Chinoise Jing-Qian Yi (26 ans et 75e joueuse mondiale). Il faudra sans doute attendre la fin de la semaine pour juger les réelles capacités de Martina Hingis, si elle affronte la Croate Mirjana Lucic.

Olivier Breisacher, Londres


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?