Navigation

Première défaite suisse dans la course à l'Euro-2003

Harold Mrazek n'était pas au sommet de son art samedi soir. Keystone Archive

L'équipe de Suisse masculine de basketball n'est pas encore assurée de prendre part aux éliminatoires de l'Euro-2003, qui débuteront cet automne. A Dublin, Patrick Koller et ses coéquipiers se sont inclinés 69-62 (35-33) devant l'Eire pour le compte de la quatrième journée des qualifications aux éliminatoires.

Ce contenu a été publié le 25 août 2001 - 23:27

Battue pour la première fois dans ce groupe D, la Suisse possède encore la possibilité de se qualifier pour ce tour des demi-finales de l'Euro-2003. Pour y parvenir, elle doit, dans un premier temps, disposer de l'Islande, le 29 août prochain à Keflavik.

Cinq minutes fatidiques

Ce premier échec, logique, ne s'est dessiné que lors des dix dernières minutes. Un ultime quart-temps catastrophique (20-11) pour une Suisse qui a opéré certains mauvais choix tactiques en attaque. Ceci, alors que les Irlandais demeuraient intraitables en défense.

Lorsque Harold Mrazek (18 pts) - pas à son meilleur niveau samedi - permettait aux Suisses de prendre trois longueurs d'avance grâce à un tir primé (54-51) à 8'27" de la fin du match, l'équipe de Carettoni semblait avoir pourtant fait le plus difficile. C'étaitsans compter sur la réaction des Irlandais.

En l'espace de cinq minutes, Callahan et ses coéquipiers infligeaient un partiel de 15-0 aux Suisses. Un dernier quart-temps où les protégés de Carettoni n'ont transformé que trois tirs. Précipitation, ballons perdus et mauvaises options en attaque, la Suisse prenait le chemin de sa première défaite. En face, l'équipe de l'entraîneur Dooley ne relâchait pas sa pression.

Sacré Callahan

Ce premier échec des Suisses porte sans nul doute aussi la griffe de Dan Callahan (15 pts). Blessé au ménisque après une minute lors du match aller à Nyon, le pivot irlandais, qui évolue désormais au PAOK Salonique, a pris une cinglante revanche sur le mauvais sort.

Côté suisse, et malgré ses 18 points, Mrazek a lui aussi perdu quelques ballons «chauds» au plus mauvais moment, un fait dont le nouveau guard de Villeurbanne n'est pas coutumier. Il n'en fallait pas plus pour que la Suisse concède sa première défaite.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?