Navigation

Pour des dimanches propices aux emplettes

Mille emplois seraient touchés si la loi était refusée, assure le ministre PDC Joseph Deiss. Keystone

Le parti démocrate-chrétien (PDC / centre) appuie l'ouverture des magasins le dimanche dans les gares et les aéroports, soumise au peuple le 27 novembre.

Ce contenu a été publié le 27 août 2005 - 18:51

Réunis samedi à Baden, les délégués du quatrième parti gouvernemental ont par contre rejeté le moratoire sur les OGM dans l'agriculture.

Les 152 délégués présents à Baden (canton d'Argovie) ont suivi leur conseiller fédéral Joseph Deiss sur les deux objets.

La modification de la loi fédérale sur le travail qui permettra à tous les magasins des grandes gares et des aéroports d'ouvrir le dimanche n'a suscité aucun débat.

Les délégués l'ont accepté par 122 voix contre 9, rejetant ainsi le référendum des syndicats qui s'opposent à cette libéralisation.

Selon la conseillère nationale (députée) thurgovienne Brigitte Häberli-Koller, le PDC ne renie pas ses valeurs en l'acceptant. La loi n'est en effet pas un premier pas vers une libéralisation totale de l'ouverture dominicale des commerces.

Pour le parti, «le dimanche doit rester un jour de congé lors duquel les familles se retrouvent». Seules certains magasins doivent être autorisés à ouvrir, dans certaines situations. Par exemple dans les gares pour couvrir les besoins des voyageurs.

Pour le ministre de l'économie, les craintes des syndicats ne sont pas fondées. «La loi les protège suffisamment, aucun employé ne sera obligé de travailler le dimanche», a assuré Joseph Deiss.

«Un poison» pour l'économie

Les délégués PDC ont par contre rejeté l'initiative anti-OGM par 104 voix contre 39 et 14 abstentions.

Le ministre de l'économie Joseph Deiss a convaincu en affirmant que ce moratoire, qui interdirait l'usage de plantes et d'animaux génétiquement modifiés (OGM) à des fins commerciales dans l'agriculture durant cinq ans, serait «un poison» pour l'économie.

Comme lui, de nombreux délégués ont estimé que les entreprises cesseraient d'investir dans la recherche sur les OGM, même si le texte ne l'interdit pas.

Certaines voix ont tenté de faire valoir les intérêts des paysans suisses qui sont nombreux à soutenir l'initiative lancée par les milieux écologistes et de consommateurs.

En introduisant des OGM dans les cultures, les paysans suisses perdraient leur réputation de producteurs de fruits et légumes de qualité, a dit la conseillère nationale (députée) Chiara Simoneschi.

La Tessinoise a ajouté que les OGM comportent des dangers encore mal connus pour la diversité biologique. Un moratoire permettrait de mieux pouvoir étudier ces risques, a argumenté une autre déléguée.

Mais la majorité a plutôt craint que l'initiative diminue la compétitivité de la Suisse et mette ainsi en danger les emplois. Et les délégués pensent que la loi actuelle sur le génie génétique offre suffisamment de garde-fous.

En faveur des plus de 50 ans

Le PDC se battra désormais pour que les employés de plus de 50 ans puissent rester sur le marché du travail.

Ses délégués ont en effet accepté à l'unanimité samedi un papier de position qui propose de revoir les charges sociales des employés de plus de 50 ans à la baisse.

Le PDC suggère un taux unique de 6,25% pour les cotisations LPP (Loi sur le prévoyance professionnelle) des employeurs. Aujourd'hui, le taux se situe entre 3,5% jusqu'à 34 ans et 9% à partir de 55 ans.

Le papier propose aussi que les assurés puissent retirer une partie de leur 2e pilier avant la retraite pour financer une formation continue.

La présidente du parti Doris Leuthard voit dans cette proposition un exemple de la politique sociale-libérale que le PDC mène «avec succès» depuis un an.

swissinfo et les agences

En bref

- La modification de la loi fédérale sur le travail prévoit d'autoriser le travail du dimanche dans les commerces des aéroports et des gares dont le chiffre d'affaires atteint au moins 20 millions de francs.

- L'Union syndicale suisse et Travail.Suisse ont lancé un référendum contre la loi, référendum soutenu par le Parti chrétien-social, le Parti socialiste, les Verts, le Parti évangélique et les milieux ecclésiastiques.

- Les PDC s'est lui déclaré en faveur de l'ouverture de ces commerces le dimanche par 122 voix contre 9 et 7 abstentions. La votation populaire se tiendra le 27 novembre.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?