Navigation

Sarkozy laisse tomber Leuthard pour les Bleus

Nicolas Sarkozy a repoussé au 21 juillet une rencontre avec Doris Leuthard qui devait avoir lieu mardi à 17h00 à l’Elysée. Selon son entourage, le président français tenait à regarder le match de Coupe du monde de football entre la France et l’Afrique du Sud qui se déroule à la même heure.

Ce contenu a été publié le 22 juin 2010 - 15:45

Les services de Doris Leuthard ont annoncé lundi soir le report à une date ultérieure de la rencontre entre les chefs d’Etat suisse et français initialement prévue mardi à 17h00. «L’entrevue a été reportée suite à des contraintes survenues en dernière minute» dans l’agenda de Nicolas Sarkozy, a indiqué le département de Doris Leuthard.

Au menu des discussions figurait la gouvernance financière internationale, le G20 – dont la présidence sera assurée l’an prochain par la France - et les relations économiques entre Berne et Paris. La réunion aura finalement lieu le 21 juillet, a-t-on appris mardi, ce qui aura pour conséquence que Doris Leuthard et Nicolas Sarkozy se verront après le sommet du G20, prévu le week-end prochain à Toronto.

Selon l’agence de presse Reuters, qui cite l’entourage du président, Nicolas Sarkozy a reporté l’entretien pour assister au match entre la France et l’Afrique du Sud à l’Elysée. Engluée dans une série de scandales en Afrique du Sud et au bord de l’élimination, l’équipe de France de football s’est transformée en véritable d’affaire d’Etat.

Nicolas Sarkozy a ainsi jugé «inacceptable» les propos tenus par l’attaquant Nicolas Anelka à l’encontre du sélectionneur Domenech à la mi-temps du match France-Mexique (0-2) et relayés par la presse. Lundi, à la suite du refus des joueurs de s’entraîner pour protester contre l’exclusion de Nicolas Anelka, la ministre des Sports Roselyne Bachelot a convoqué sur ordre de Nicolas Sarkozy une réunion de crise avec le président de la Fédération française de football, Pierre Escalettes, le capitaine de l’équipe, Patrice Evra, et le sélectionneur, Raymond Domenech.

A la suite de ces entretiens, la ministre des Sports a estimé que l’équipe nationale de football avait «terni l’image de la France» et a qualifié le parcours des Bleus en Afrique du Sud de «désastre moral».

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?