Navigation

La peine de mort, plus coûteuse que la perpétuité

Brancard utilisé au moment de l’injection létale, l’une des formes d’application de la peine de mort aux Etats-Unis. Keystone

Le quatrième Congrès mondial contre la peine de mort se tient à Genève du 24 au 26 février. Il a pour objectif d’en finir avec les préjugés, de développer les liens entre les partisans de l’abolition et de sensibiliser l’opinion publique à propos d’une sanction contraire à la dignité humaine.

Ce contenu a été publié le 22 février 2010 - 14:39

«C’est un châtiment fondamentalement injuste et réservé aux personnes les plus marginalisées», affirme Edward McCarthy. Citoyen des Etats-Unis, McCarthy a passé vingt et une années de sa vie en prison dont dix-neuf dans le corridor de la mort. Jugé, déclaré coupable et condamné à mort à trois reprises, c’est grâce à un prélèvement d’ADN qu’il a finalement pu voir la fin de son long calvaire.

Son cas fait partie d’une série de témoignages qui seront présentés au cours du 4ème Congrès mondial contre la peine de mort, dont les organisateurs évoqueront les grandes lignes ce mercredi devant la presse.

«La Suisse, qui co-sponsorise la manifestation, considère que l’application de la peine de mort constitue un obstacle inacceptable au progrès de l’humanité», déclare l’ambassadeur Thomas Greminger, chef de la Division Politique Sécurité humaine au Département fédéral des Affaires étrangères.

L’ambassadeur a également réaffirmé l’engagement de la Suisse dans la lutte internationale pour l’abolition de la peine de mort, assurant que pour Berne il s’agit d’une priorité de politique extérieure.

Un optimisme prudent

Raphaël Chenuil Hazan, directeur de l’Association Ensemble contre la peine de mort (ECPM) et Arnaud Gaillard, coordinateur du congrès soulignent quant à eux l’ampleur du défi qui attend les partisans de l’abolition, et ceci malgré les progrès déjà accomplis: il y a vingt-cinq ans cette sanction était appliquée par les deux tiers des pays du monde. Ils ne sont plus qu’un tiers aujourd’hui à y avoir recours.

«Mais environ six mille personnes sont exécutées chaque année, un chiffre énorme» fait remarquer le responsable d’ECPM. Depuis sa création en 2000, l’organisation française se consacre à lutter contre les exécutions. Elle est à l’origine du Congrès mondial, qui se réunit tous les trois ans, et de la création de la Coalition mondiale contre la peine de mort.

Environ un millier de participants, venant du monde entier, sont attendus au 4ème Congrès – y compris des journalistes soutenus par les instances organisatrices, et originaires des pays du Sud, où la peine capitale est encore appliquée dans plusieurs pays.

Au total, des représentants de cinquante-huit pays seront présents, majoritairement en provenance d’Asie, du Monde arabe et d’une partie des Caraïbes. La liste inclut également les Etats-Unis et le Japon.

Les arguments des gouvernements populistes

A Genève, les partisans de l’abolition cherchent aussi à faire progresser la résolution de l’ONU en faveur d’un moratoire contre la peine de mort, qui doit être voté en décembre de cette année, ainsi que la ratification du Protocole II du paragraphe visant à empêcher les volte-face des pays qui se sont engagés à supprimer la peine capitale. Ceci n’est pas inutile quand on sait que «les gouvernements populistes de certains pays menacent de rétablir la peine capitale afin de lutter contre le crime, relève Arnaud Gaillard. Des études scientifiques ont pourtant montré que la peine de mort n’a aucun pouvoir de dissuasion.»

Et d’ajouter qu’un homicide est un acte passionnel qui résiste à tout raisonnement y compris à la menace de la condamnation à mort.

Certaines entités de pays comme le Mexique ou la Jamaïque envisagent la possibilité de rétablir la peine capitale. Ailleurs, comme aux Etats-Unis, elle a parfois été repoussée pour des raisons économiques.

Car là aussi, contrairement à une idée reçue, il s’avère qu’une exécution est plus onéreuse que la perpétuité. Une réalité due au fait qu’entre le moment où une personne est condamnée à mort et l’application de la sentence (ou la déclaration d’innocence), dix, quinze ou vingt ans peuvent s’écouler. Or, comme l’explique Raphaël Chenuil Hazan, «durant toutes ces années, il faut payer des avocats, assurer les frais de la procédure, les recherches et examens de laboratoire, toute la machine de mort...»

Il ne s’agit pourtant là que de l’aspect financier d’une sanction dont les nombreuses conséquences seront analysées dès mercredi à Genève.

Marcela Águila Rubín, swissinfo.ch
(Traduction de l’espagnol: Elisabeth Gilles)

4ème CONGRES MONDIAL CONTRE LA PEINE DE MORT

Le congrès, qui se tient à Genève du 24 au 26 février, est organisé par l’association française Ensemble contre la peine de mort (ECPM) avec le soutien de la Suisse et en collaboration avec la Coalition mondiale contre la peine de mort.

Ce rendez-vous international des partisans de l’abolition, qui a lieu tous les trois ans, permet de renforcer les liens, de réorienter et raffermir des stratégies communes et de sensibiliser l’opinion publique à l’urgence d’en finir avec une pratique contraire aux droits de l’homme.

Pus de 1000 congressistes se réuniront au cours de deux sessions plénières, dix tables rondes et neuf ateliers.

Il sera question, parmi d’autres thématiques, de la discrimination sociale et raciale dans l’application de la peine de mort; de la protection des groupes vulnérables (mineurs et déficients mentaux); de la violence, des victimes et la peine de mort; des religions et la peine de mort; de la situation dans divers régions du monde.

Parmi les activités, «Les derniers jours d’un condamné» de Victor Hugo sera présentée et une soirée à laquelle participera la chanteuse franco-britannique Emily Loizeau sera consacrée à des témoignages de victimes de crimes ou de terrorisme ainsi qu’à des récits de témoins d’exécution.

Une série d’expositions de photographies, de caricatures et d’affiches et la projections de documentaires sont également au programme.

Les Congrès précédents se sont tenus à Strasbourg (2001), Montréal (2004) et Paris (2007).

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?