Navigation

L'idée d'une bourse de transit alpin fait son chemin

Moritz Leuenberger (au centre), a montré à ses homologues autrichien (à gauche) et européen le chantier du tunnel du Gothard. Keystone

La Suisse et l'Union européenne (UE) veulent approfondir l'idée d'une bourse de transit alpin pour favoriser le transfert du trafic marchandises de la route au rail.

Ce contenu a été publié le 08 mai 2006 - 20:38

Le ministre suisse des transports Moritz Leuenberger et ses homologues Jacques Barrot et Hubert Gorbach se sont penchés sur la question lundi à Sedrun dans les Grisons.

L'idée de la bourse de transit alpin est actuellement à l'étude au sein du Département fédéral (ministère) de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication, dirigé par Moritz Leuenberger.

Les experts suisses ont examiné deux systèmes, qu'ils considèrent tous deux comme applicables.

Dans le système de réservation pur («slot management»), les transporteurs acquièrent des droits de transit pour une période définie. Ce système ne contribue pas à la réalisation de l'objectif en matière de transfert de la route au rail. Il empêche simplement la formation de bouchons de poids lourds.

Une mise aux enchères

Par contre le modèle «cap-and-trade», préconisé par l'Initiative des Alpes, devrait permettre la mise en œuvre du transfert de la route au rail. Un nombre limité de droits de transit est mis aux enchères puis négocié librement parmi les entreprises de transport.

Les experts qui ont mené cette étude recommandent une introduction commune avec les pays alpins voisins, afin d'éviter un détournement du trafic.

Les deux interlocuteurs du ministre suisse des transports ont trouvé que ce système de contingentement et de vente aux enchères des courses alpines était une «solution intéressante» et souhaitent explorer cette voie.

Hausse de la taxe

Moritz Leuenberger a également présenté à ses collègues européens les progrès réalisés dans le transfert du trafic et les a informés de la hausse de la redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP), qui passera de 292 à 325 francs pour le trajet Chiasso-Bâle en 2008.

La question du dumping salarial dans les transports internationaux a également été abordée.

Les trois hommes se sont ensuite rendus sur le chantier du tunnel de base du Saint-Gothard, afin de constater l'avancée des travaux.

swissinfo et les agences

En bref

- Un des buts de la politique suisse des transports est de transférer une partie du trafic de transit à travers les Alpes de la route sur le rail.

- Après l'acceptation par le peuple de l'Initiative des Alpes, la Suisse a inscrit en 1994 dans sa constitution le principe d'une réduction des transits routiers dans les dix ans.

- La loi adoptée en 1999 prévoit une réduction de moitié du nombre de camions traversant les Alpes, qui devrait tomber à 650'000 d'ici 2009. Ce texte est actuellement en révision, afin de prolonger ce délai jusqu'en 2018.

- D'ici là, la Suisse devrait aura deux nouveaux tunnels ferroviaires de base sous les Alpes: le Lötschberg (ouverture prévue en 2007) et le Gothard (2016).

- Le système de bourse de transit alpin vise à réduire le nombre de passages de camions en vendant un nombre limité de droits de transit aux enchères sur Internet.

End of insertion

Faits

En 2003, 1,3 million de poids lourds ont traversé les Alpes suisses.
En Suisse, 65% des marchandises qui passent les Alpes le font par le rail. Cette proportion est de 22% en France et 23% en Autriche.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?