Navigation

Plus de démocratie face aux déchets nucléaires

Déchets nucléaires stockés au dépôt intermédiaire de Würenlingen. Keystone Archive

L'entreposage des déchets nucléaires est un casse-tête en Suisse. Le ministre chargé du dossier crée un comité pour déterminer de nouvelles règles du jeu.

Ce contenu a été publié le 08 septembre 2005 - 21:58

Moritz Leuenberger souhaite renforcer le processus démocratique afin de miner les blocages sur la question.

L'échec du dépôt du Wellenberg (canton de Nidwald), refusé par le peuple en 2002, et les remous autour de celui envisagé à Benken (canton de Zurich) sont révélateurs des résistances à surmonter en Suisse.

«Personne ne conteste en théorie la nécessité de trouver une solution pour éliminer les déchets radioactifs, mais l'affaire est plus controversée dans la pratique», a estimé Moritz Leuenberger jeudi devant la presse.

Il faut donc réfléchir aux moyens propres à légitimer le site qui sera retenu. Pour ce faire, un plan sectoriel «Dépôts en couches géologiques profondes» définira la procédure et les critères à appliquer pour pouvoir sélectionner un emplacement.

Il s'agira en priorité de tenir compte de la sécurité de l'être humain et de l'environnement. En outre, les emplacements potentiels doivent être évalués selon une procédure «transparente et vérifiable».

Un comité consultatif de cinq personnes plus ou moins critiques à l'égard de l'atome participera à l'élaboration de ce plan.

Mieux intégrer la population

Ce comité devra repérer les objections et voir comment intégrer la population et renforcer l'acceptation, explique son président, l'ancien conseiller d'Etat lucernois Paul Huber.

Ses autres membres sont le conseiller d'Etat Herbert Bühl, Esther Gasslerle et Laurent Schaffter ainsi qu'Heinz Karrer, patron d'Axpo (l'un des leaders du secteur de l'électricité en Suisse).

Au final, l'objectif est d'augmenter les chances de succès en cas de votation en montrant que tout ce qui est possible a été entrepris. Ce comité entamera ses travaux en octobre.

Grâce à cette approche, Moritz Leuenberger espère garantir un large soutien au plan sectoriel qui constituera le cadre général valable aussi bien pour les déchets moyennement qu'hautement radioactifs.

Les critères posés par ce plan sectoriel permettront une évaluation préliminaire des sites potentiels et faciliteront, si nécessaire, la recherche d'alternatives à un projet donné.

L'absence de plan B était un point faible de Wellenberg, constate à cet égard le ministre. Et aucune solution de rechange n'a été élaborée jusqu'ici.

Le Conseil fédéral (gouvernement) devrait accepter le concept du plan sectoriel au second semestre 2006.

Soutenu par l'industrie nucléaire

Cette mouture du plan comprendra aussi les résultats de la procédure de consultation qui sera lancée cet automne auprès des cantons et des organisations sur les premiers éléments du plan déjà définis par l'Office fédéral de l'énergie.

Par la suite, la procédure de sélection d'un site proprement dite pourra commencer, en particulier pour les déchets hautement radioactifs.

2010 demeure l'horizon pour une décision du gouvernement sur le choix d'un tel dépôt, dont la mise en exploitation est attendue pour 2030-2040.

De son côté, Swisselectric annonce son intention de présenter probablement en décembre 2009 sa demande d'autorisation générale pour un dépôt pour déchets hautement radioactifs.

L'organisme représentant les exploitants des centrales nucléaires responsables de la gestion des déchet indique aussi soutenir le plan sectoriel prévu par le gouvernement.

swissinfo et les agences

Faits

L'énergie nucléaire produit environ 40% de l'électricité suisse.
Cinq centrales nucléaires sont en activité: Beznau (2), Mühleberg, Gösgen et Leibstadt.
Leurs déchets sont exportés pour être retraités, confinés dans les centrales ou le dépôt intermédiaire de Würenlingen.
En vue du stockage définitif des déchets moyennement et hautement radioactif, la Suisse cherche un site dans une région du pays appropriée sur le plan géologique.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?