Navigation

Plus d’une centaine de villes du monde ont rendez-vous à Genève

L’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté tient son deuxième forum début avril. Les délégations municipales réunies à Genève veulent intensifier leur collaboration contre la misère qui gangrène les cités au Sud, comme au Nord.

Ce contenu a été publié le 14 mars 2000 - 18:36

Plus d’une centaine de villes du monde ont rendez-vous à Genève.

L’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté tient son deuxième forum début avril. Les délégations municipales réunies à Genève veulent intensifier leur collaboration contre la misère qui gangrène les cités au Sud, comme au Nord.

Cette conférence précède et prépare en partie le sommet social de l’ONU qui se tient également à Genève du 26 au 30 juin. Comme l’a rappelé le président du gouvernement cantonal genevois Guy-Olivier Segond, ce mardi, Genève joue pleinement son rôle de capitale économique et sociale du système des Nations unies.

Or, depuis l’échec du sommet de l’OMC à Seattle, les problèmes sociaux préoccupent fortement les gouvernements comme les grandes entreprises, du moins officiellement. Mais ces préoccupations tardent à se concrétiser dans les actes. La précarité, elle, frappe aujourd’hui une personne sur deux et la misère, une personnes sur quatre, selon le Programme des Nations unies pour le Développement.

Or cette misère grandissante concerne en premier lieu les villes au Sud comme au Nord. La plupart des municipalités sont donc directement et quotidiennement confrontées à ce fléau. C’est pour répondre à cette urgence qu’est née l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté, dont le premier forum s’est tenu en octobre 1998 à Lyon.

Près de 150 municipalités ont rejoint l’Alliance depuis sa fondation, dont neuf villes suisses (Genève, Berne, Zurich, Thoune, Fribourg, la Chaux-de-Fonds, Delémont, Neuchâtel et Sion).

Pragmatique, l’Alliance fonctionne en réseau et ne s’est pas fixé des objectifs inatteignables. L’activité principale de son secrétariat consiste à faciliter les échanges d’informations. Les actions et les méthodes expérimentées par une municipalité peuvent ainsi bénéficier aux autres villes confrontées au même problème.

Alors que les gouvernements et les organisations internationales courtisent assidûment les ONG, les délégations municipales réunies à Genève vont donc rappeler qu’elles sont aussi les représentantes légitimes de la société civile.

Frédéric Burnand






Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?