Navigation

Pluie sur Roland-Garros, éclaircies sur le tennis helvétique

Roland Garros pluie Keystone

Pour la première fois de son histoire, Roland-Garros a vécu mardi une journée sans aucun échange de balle. Les parapluies et les bâches ont tenu la vedette. Les spectateurs font grise mine. Au contraire du tennis helvétique, dont l’embellie se confirme.

Ce contenu a été publié le 30 mai 2000 - 18:58

Huit représentants sur la ligne de départ (Hingis, Schnyder, Gagliardi, Vavrinec, Rosset, Federer, Bastl et Kratochvil), sept encore en compétition, le tennis suisse se porte plutôt bien. Seule Patty Schnyder broie du noir, mais se console un peu, après avoir été éliminée par sa compatriote Emmanuelle Gagliardi.

Jamais par le passé, autant de tennismen et tenniswomen n’avaient tenté leur chance au «French Open», le précédent record datant de 1986, lorsque sept athlètes avaient figuré dans les tableaux principaux. Avec Martina Hingis numéro une mondiale, Roger Federer (18 ans) considéré comme l’un des plus grands espoirs du circuit et Michel Kratochvil (21 ans) qui pointe le bout de son nez, les perspectives sont réjouissantes.

Mardi, Marc Rosset, George Bastl et Miroslava Vavrinec ont rongé leur frein dans les vestiaires, en vain. Leurs premiers pas sont retardés de quelques heures. Marc Rosset a largement les moyens de se qualifier, face à Byron Black (Zimbabwe) qu’il a tenu en respect voici deux semaines au tournoi de Hambourg.

Même scénario pour Miroslava Vavrinec. La Thurgovienne (87e mondiale) a hérité au tirage au sort de Rossana De los Rios, une Paraguayenne issue des qualifications. Par contre, pour son premier Roland-Garros, George Bastl, aura fort à faire pour contenir les assauts de Marat Safin. L’étoile montante russe, tête de série numéro 12, figure dans la catégorie des outsiders sérieux.

Pour Martina Hingis, les choses sérieuses ne devraient pas commencer avant dix jours. La St-Galloise est assurée de ne croiser aucune tête de série avant les quarts de finale, après les éliminations dans sa partie de tableau de Julie Halard et Jennifer Capriati. Une voie royale pour une joueuse en quête d’une couronne qui manque encore dans sa collection.

Quant à Roger Federer et Michel Kratochvil, ils peuvent avoir le sourire. Leur premier tour est à marquer d’une pierre blanche. Premier succès sur terre battue dans un tournoi de l’ATP Tour pour Federer, et première victoire dans un tournoi du Grand Chelem pour Kratochvil. Les confirmations sont attendues.

Olivier Breisacher, Roland-Garros

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?