Navigation

Plaidoyer suisse pour la Genève internationale

Genève accueille déjà notamment le siège européen des Nations Unies. Keystone Archive

A New York, la Suisse - comme la plupart des autres membres des Nations-Unies - a soutenu le projet de restructuration de l'information onusienne.

Ce contenu a été publié le 31 octobre 2002 - 18:39

Le représentant suisse a vanté les atouts de Genève, comme centre européen de l'information de l'ONU.

Dans son allocution, l'ambassadeur Jenö Staehelin a salué l'objectif de la restructuration proposée par le secrétaire général de l'ONU.

Dans son rapport, Kofi Annan souligne en effet que 40% des ressources disponibles pour la communication sont absorbés par les pays riches.

Le regroupement des 13 centres d'information européens en un seul lieu permettrait donc, selon lui, d'allouer plus de moyens à la communication dans les pays du Sud.

Pas encore à l'ordre du jour

Pour la Suisse, la chose semble entendue. Ce centre devrait prendre place à Genève. «Les équipements nécessaires et le savoir-faire y existent déjà», a souligné Jenö Staehelin jeudi devant l'Assemblée générale de l'ONU.

L'ambassadeur suisse a également rappelé que le siège européen des Nations Unies est entouré par la plupart des organisations spécialisées du système onusien ainsi que par d'autres organisations internationales de première importance.

Ce plaidoyer en faveur de Genève répond aux rumeurs évoquant Bruxelles comme futur centre européen de l'information de l'ONU. Des bruits entendus la semaine dernière à Genève.

«A New York, le choix de la ville n'est pas encore à l'ordre du jour», affirme Pierre Helg, numéro 2 de la mission suisse à New York.

Pierre Helg précise également que le rapport de Kofi Annan - qui concerne la réforme de l'ensemble de l'organisation des Nations Unies - doit d'abord être approuvé par les Etats membres.

Maintenir les contacts avec nos partenaires européens

Ensuite seulement, la question des centres régionaux d'information pourra être tranchée. Et selon Pierre Helg, cette négociation n'aura pas forcément lieu à New York.

Quoi qu'il en soit, la Suisse va continuer de suivre de près ce dossier. «Nous allons poursuivre les contacts avec nos partenaires européens», précise Daniel Haener, porte-parole de la mission suisse à Genève.

Enfin, comme l'a précisé Jenö Staehelin dans son discours, le secrétariat général de l'ONU a réaffirmé que la restructuration du réseau de l'information n'affecterait pas le siège européen de l'ONU à Genève.

swissinfo/Frédéric Burnand à Genève

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?