Navigation

Perte plus lourde que prévu pour Credit Suisse

Credit Suisse a énormément souffert au 4ème trimestre. Keystone

Après UBS mardi, c'est au tour de Credit Suisse de publier ses résultats 2008, eux aussi marqués par la débâcle du crédit à risques américain. La perte nette de la deuxième banque suisse se monte à 8,22 milliards de francs l'an dernier.

Ce contenu a été publié le 11 février 2009 - 08:35

Pour l'ensemble du groupe, les analystes attendaient en moyenne une perte de 6,17 milliards de francs. Les 8,22 milliards annoncés mercredi par le numéro deux bancaire helvétique illustrent les déboires de sa banque d'investissement.

Alors que son bénéfice net à la clôture avait atteint 7,76 milliards de francs l'an passé, Credit Suisse a inscrit une perte de 6 milliards de francs sur le seul quatrième trimestre 2008.

Il s'agit du plus mauvais résultat du groupe en 153 ans d'existence. Malgré cela, la direction du Credit Suisse a réaffirmé qu'elle n'avait pas besoin d'aide de l'Etat.

«La grande banque ne l'a pas demandé jusqu'à présent et elle ne compte pas le faire à l'avenir», a déclaré Renato Fassbind, chef des finances. Credit Suisse se veut donc confiant pour l'avenir.

«Bien que les résultats de l'exercice 2008 soient clairement décevants, nous sommes entrés dans l'année 2009 avec une très bonne capitalisation, un solide modèle commercial, une stratégie claire et des activités bien positionnées», a résumé l'Américain Brady Dougan, patron du groupe.

Turbulences américaines

C'est essentiellement la banque d'investissement qui a plombé les résultats 2008. Cette division s'est en effet enfoncée dans le rouge à hauteur de 14,18 milliards de francs avant impôts, dont 7,78 milliards sur le seul 4ème trimestre.

Les affaires de la banque d'investissement ont subi de plein fouet «l'intensification des turbulences étendues affectant les marchés financiers», indique le communiqué du groupe.

Le «Private Banking» - qui comprend les affaires de gestion de fortune et de banque de détail - s'en sort nettement mieux. Il a enregistré un bénéfice avant impôts de 4,2 milliards de francs, soit une baisse de 23% par rapport à 2007.

Enfin la gestion institutionnelle («Asset Management») a quant à elle subi une perte avant impôts de 1,13 milliard de francs, contre un résultat positif de 197 millions lors de l'exercice précédent.

Des bonus quand même

Au chapitre des bonus, les salariés du Credit Suisse en recevront au titre de l'exercice 2008. Leur montant global sera toutefois inférieur de 44% à ceux versés pour l'année 2007 et la part versée en cash - qui se monte à environ 2 milliards de francs - a diminué de plus de 60%, a relevé Brady Dougan. Quant aux bonus octroyés en actions, ils ont reculé de 75%.

Admettant que la question des bonus était «difficile» dans un environnement économique dégradé, le patron de la banque a néanmoins souligné que ces rémunérations étaient «vitales» pour assurer la compétitivité de l'établissement.

Pour mémoire, le Credit Suisse a annoncé en décembre verser à certains responsables de la banque d'investissement des bonus en partie adossés à des actifs illiquides. Brady Dougan, le président du conseil d'administration Walter Kielholz, ainsi que le patron de la banque d'affaires Paul Calello ne recevront aucun bonus au titre de l'exercice 2008.

Reflux de capitaux

Sur le plan des mouvements de capitaux, Credit Suisse a nettement moins souffert de la perte de confiance de sa clientèle qu'UBS. Sur l'ensemble de l'année, les clients du numéro deux bancaire helvétique ne lui ont finalement retiré que 3 milliards de francs, contre plus 200 milliards pour UBS.

La division «Private Banking» a enregistré l'an passé un afflux d'argent net de 50,9 milliards de francs. Toutefois, les positions de crédit des portefeuilles des clients se sont réduites de 11,8 milliards, ramenant l'afflux net d'argent frais à 2 milliards.

Dans le gestion d'actifs institutionnels, les retraits nets d'argent se sont montés à 21,1 milliards de francs. Au total, les actifs sous gestion du Credit Suisse atteignaient 1106 milliards de francs à fin 2008, soit 24% de moins qu'un an auparavant.

A la Bourse suisse, l'action du groupe a ouvert en fort repli, avant de se reprendre à mi-séance. Vers 13h20, elle ne reculait plus que de 0,7% à 30,66 francs, après avoir même évolué un instant en zone positive. L'indice élargi Swiss Market Index (SMI) perdait dans le même temps 0,68%.

swissinfo et les agences

Faits

Perte nette 2008: 8,2 milliards de francs.
Bénéfice net 2007: 7,76 milliards de francs.
Fuite de capitaux 2008: 3 milliards de francs (226 mia pour UBS).
Ratio des fonds propres de base fin 2008: 13,3% (11,1% fin 2007).
Dividende proposé: 10 centimes par action, contre 2,50 francs pour l'exercice 2007.

End of insertion

5300 emplois en moins

Un dixième de l'effectif. Conformément à l'annonce effectuée en décembre, le groupe Credit Suisse supprimera 5300 emplois cette année, soit 11% de son effectif.

Banque d'investissement. A l'origine des difficultés du numéro deux bancaire helvétique, la banque d'investissement devrait subir les plus fortes coupes en matière de personnel.

Moins 8%. Elle a déjà vu le nombre de ses collaborateurs passer de 21'300 à 19'700 de fin septembre à fin décembre, soit une diminution de 8%. Dans cette unité, le nombre de salariés sera ramené à 17'500.

Effectif total. A fin 2008, le Credit Suisse employait un effectif total de 47'800 personnes, soit 2500 de moins que trois mois auparavant.

End of insertion
swissinfo.ch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?