Navigation

Coronavirus: la situation en Suisse

© Keystone / Ennio Leanza

Le nombre de nouveaux cas de Covid recensés a diminué sur une semaine, en revanche les hospitalisations sont en hausse. Les autorités ont élargi leurs recommandations de vaccination de rappel à toute la population adulte. Il n'y a plus de mesures sanitaires obligatoires en vigueur depuis le 1er avril 2022.

Ce contenu a été publié le 29 novembre 2022 - 17:23
swissinfo.ch avec l'ATS et la RTS

Les derniers développements:

  • Les dernières statistiques de l’OFSP font état de 19'073 nouveaux cas de coronavirus en sept jours (-10%)
  • Les hospitalisations ont dans le même temps progressé de 36%
  • Vingt décès ont été enregistrés sur une semaine
  • Les autorités recommandent un deuxième rappel de vaccin contre le Covid pour toute personne de plus de 16 ans
  • Le port du masque n'est pas obligatoire, mais recommandé dans les espaces clos 
  • Les personnes infectées ne sont pas obligées de s'isoler pendant 5 jours

Comment la pandémie évolue-t-elle?

Au total, 19'073 nouveaux cas de Covid ont été signalés lors de la dernière semaine sous revue (état au 29 novembre). Ce nombre est en baisse (-10%), alors que les contaminations ont affiché une stabilisation les semaines précédentes, indiquent les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSPLien externe).

Le nombre de cas pourrait être en deçà de la réalité, avait toutefois indiqué l'OFSP fin octobre.

Depuis le mois d'avril, l'OFSP ne communique plus les chiffres liés au coronavirus quotidiennement mais une fois par semaine. Des retards dans la transmission des données et des corrections rétroactives peuvent expliquer certains décalages dans les chiffres.

Contenu externe
Contenu externe

Le nombre d'hospitalisations a en revanche progressé sur une semaine. Durant la semaine sous revue, on en a dénombré 369, contre 272 au cours de la semaine précédente (+35,7%).

Le nombre de personnes atteintes du Covid aux soins intensifs reste stable. Actuellement, elles sont 42, ce qui représente 5% des places disponibles dans ce service. Le taux d'occupation total des soins intensifs est de 76,2%.

Les décès restent à un niveau bas mais ont légèrement augmenté sur une semaine. La statistique du mardi 29 novembre fait état de 20 décès supplémentaires au cours de la semaine écoulée, contre 16 la semaine précédente. 

Cet été, le président de la Conférence suisse des directeurs et directrices cantonaux de la santé Lukas Engelberger avait dit s'attendre à une augmentation du nombre de cas avec l’arrivée de la saison froide. Il prédisait toutefois que la situation serait meilleure cette année en raison d'une meilleure préparation et d'une plus forte immunité de base, selon ses propos au BlickLien externe.

Environ 97% de la population a développé des anticorps contre le virus, par le biais de vaccinations ou après une infection.

Contenu externe
Contenu externe

Les conséquences à long terme de la pandémie continuent toutefois d'inquiéter. Sur 100 malades, 25 ne sont toujours pas considérés comme guéris six mois après et trois souffrent encore de symptômes persistants graves.

On parle de Covid long lorsque des symptômes persistent à partir de trois mois après l’infection pendant au minimum deux mois, selon une définition de l’Organisation mondiale de la santé. Ils peuvent être constants ou disparaître et réapparaître. Les principaux sont la fatigue, une charge psychique, l’essoufflement, la perte de goût et d’odorat, des problèmes de concentration et de mémoire ainsi que des douleurs thoraciques ou autres, notamment.

Où en est-on avec la vaccination en Suisse? 

Jusqu'à présent, quatre vaccins ont été approuvés: Pfizer/BioNTech et Moderna, qui ont tous deux été autorisés pour une utilisation chez les adolescents de 12 ans et plus. Le vaccin unidose Janssen, produit par Johnson & Johnson, est également disponible en Suisse. Le dernier à avoir passé l'examen des autorités helvétiques est le vaccin protéique Nuvaxovid produit par Novavax et approuvé le 13 avril. 

Face au regain de contaminations constaté à l'arrivée de l'automne, les autorités ont élargi leurs recommandations de vaccination de rappel à l'ensemble de la population adulte. Outre les personnes vulnérables (plus de 65 ans, personnes atteintes d'une maladie préexistante ou femmes enceintes) et le personnel médical, toute personne dès l'âge de 16 ans peut recevoir gratuitement une injection de rappel depuis le 10 octobre.

Une nouvelle vaccination peut contribuer à réduire le nombre de cas graves et éviter une surcharge du système sanitaire cet automne et cet hiver, souligne l'OFSP. Les personnes sans facteurs de risque sont toutefois peu exposées à développer une forme grave de la maladie, précise-t-il.

Un mois après le début de la campagne pour le 2e rappel, environ 6% de la population a répondu à l'invitation. L'OFSP attribue cette demande «plutôt timide» notamment à une «certaine lassitude» à l'égard de la vaccination, ainsi qu'à un changement dans la perception des dangers liés au Covid-19. A ce jour, plus de 30% de la population suisse n'a reçu aucune injection. 

Contenu externe

Quelles sont les dernières décisions du gouvernement?

Le Conseil fédéral a levé au printemps 2022 les dernières mesures sanitaires obligatoires qui étaient encore en vigueur. Depuis le 1er avril, il n'est plus obligatoire de porter un masque dans les transports publics ou dans les lieux de santé. 

L’isolement de cinq jours au minimum des personnes testées positives au Covid-19 est également abandonné. Par ailleurs, les cantons assument à nouveau toute la responsabilité pour protéger la population.

Toutefois, l'OFSP recommande à nouveau de respecter les gestes barrières. Dans une communication diffusée le 10 octobre, il conseille le port du masque à l'intérieur, une aération et un lavage des mains réguliers. Ces recommandations sont avant tout un appel à la responsabilité individuelle. La situation reste suivie de près actuellement.

Quelle est la situation aux frontières?

Actuellement, la Suisse ne connaît pas de restrictions d’entrée liées au Covid-19. Il n’est pas nécessaire de présenter une preuve de vaccination, une preuve de guérison ou un résultat de test pour entrer dans le pays. L'outil Travelcheck Lien externepermet de vérifier les dispositions d'entrée applicables selon le pays de provenance. 

Les voyageurs suisses qui prévoient de se rendre à l'étranger sont invités à vérifier les conditions d'entrée dans le pays ou la région de destination. Le Département fédéral des affaires étrangères a émis des conseilsLien externe concernant les voyages à l'étranger en temps de pandémie.

Comment évolue la pandémie dans le monde?

Le graphique suivant présente une comparaison internationale de l'incidence actuelle:

Contenu externe

Quelle est la situation des Suisses résidant à l'étranger? 

Les Suisses de l’étranger, leur famille proche (conjoint, enfants, parents et beaux-parents vivant dans le même foyer) et les frontaliers sans assurance obligatoire des soins peuvent se faire vacciner en Suisse.

Le coût de cette vaccination est pris en charge par la Confédération, comme l’ont demandé les cantons.

Retrouvez quotidiennement sur notre application 📱SWI plus📱 un résumé de l'actu et échangez entre vous et avec nous sur notre forum.
👉 AndroidLien externe 
👉 iPhoneLien externe  

End of insertion

Suivez SWI swissinfo.ch iciLien externe, sur FacebookLien externe et sur TwitterLien externe pour obtenir les dernières informations sur la situation en Suisse.

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?