Navigation

Novartis devient leader mondial des génériques

Une nouvelle acquisition de taille pour Novartis. Novartis

La multinationale bâloise a racheté le groupe allemand Hexal ainsi que 67,7% de sa filiale américaine Eon Labs pour 8,75 milliards de francs suisses.

Ce contenu a été publié le 21 février 2005 - 09:00

Ces deux entreprises seront intégrées dans la division Sandoz qui devient ainsi le numéro un mondial des génériques devant l’entreprise israélienne Teva Pharmaceutical.

Une fois Eon Labs et Hexal consolidés, Sandoz devrait atteindre un chiffre d'affaires annuel de près de six milliards de francs suisses et employer près de 20’000 personnes.

Ces nouvelles acquisitions seront payées cash par le géant pharmaceutique bâlois, qui doit encore recevoir l’aval autorités de la concurrence des pays concernés.

Selon Novartis, cet achat de gros devrait permettre de créer des synergies annuelles de 200 millions de dollars dans les trois ans. La moitié de ces transactions devrait être achevée dans les 18 prochains.

Les économies se feront notamment dans l'approvisionnement et la mise en commun des activités de marketing et de distribution.

A noter que Novartis entend s'emparer totalement d'Eon Labs et lancera une offre publique d'achat (OPA) à 31 dollars par action sur le restant du capital de cette firme cotée au Nasdaq.

Il lui en coûtera 1,17 milliard de francs supplémentaires, ce qui portera le total des deux achats à près de 10 milliards de de francs.

Hexal et Eon Labs

Dans un communiqué, Novartis précise que les suppressions d'emplois qui suivront ces fusions seront «partiellement compensées» par des créations d'emplois chez Sandoz. Les perspectives de progression au sein de cette entité, qui a déçu les analystes en 2004, sont présentées comme «fortes».

Hexal est le numéro deux allemand de la branche et Eon Labs est présentée comme une entreprise en croissance rapide dans la copie de médicaments dont les brevets ne sont plus protégés.

Hexal a dégagé un chiffre d'affaires de 1,65 milliard de dollars en 2004 avec 7000 collaborateurs. Eon Labs affichait des ventes de 431 millions de dollars avec quelque 500 employés.

Novartis assure qu'avec ces emplettes Sandoz couvrira «pratiquement toutes les principales molécules qui vont perdre la protection que leur assure leur brevet ces prochaines années».

Ce marché est estimé à quelque 69 milliards de dollars de ventes entre 2005 et 2009. Sandoz ambitionne de faire homologuer 100 produits par an.

swissinfo et les agences

Faits

Novartis a racheté le groupe allemand Hexal et de sa filiale américaine Eon Labs pour 8,75 milliards de francs suisses. La transaction sera payée cash.
En 2004, Hexal a dégagé un chiffre d’affaires de 1,65 milliards de dollars. Elle employait près de 7000 collaborateurs.
En 2004, Eon Labs affichait des ventes de 431 millions de dollars et employait près de 500 personnes.

End of insertion

En bref

- Les médicaments génériques sont des copies des originaux qui après échéance du brevet peuvent être produits et vendus à des prix inférieurs.

- La différence de prix est due au coût de la recherche et du développement des médicaments originaux.

- Le prix des génériques est par conséquent jusqu’à 20% inférieur à celui des médicaments originaux.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?