Navigation

Nouvelle révélation dans l'affaire Regli

Le marchand d'armes était l'informateur de l'ancien chef des services secrets suisses Peter Regli (photo). Keystone

Impliqué dans l'affaire Regli, le marchand d'armes Jürg Jacomet faisait partie de l'un des états-majors de l'armée.

Ce contenu a été publié le 10 mars 2002 - 17:11

Jürg Jacomet a été engagé en 1990 dans l'état-major du commandement des troupes d'aviation et des troupes de défense contre avions (DCA), a déclaré dimanche le porte-parole du Département fédéral de la défense (DDPS) Oswald Sigg, confirmant une information du «Sonntagsblick».

Le marchand d'armes, décédé en 1998, a fait partie de cet état-major durant deux ans en tant qu'officier de milice. Les membres de ce commandement, dont les noms sont tenus secrets, ont accès à des données confidentielles de l'armée suisse.

La présence de Jürg Jacomet dans l'état-major n'a pas encore été expliquée. Il est possible que les investigations sur sa moralité n'aient rien révélé d'anormal à l'époque, a ajouté le porte-parole. La réputation des membres actuels de l'organisation sera à nouveau contrôlée.

Enquête administrative

L'enquête administrative du DDPS, lancée l'automne dernier, devra déterminer si les fonctions militaires de Jürg Jacomet sont liées aux rapports controversés des services secrets suisses avec le régime d'apartheid de l'Afrique du Sud.

Jürg Jacomet était l'informateur de l'ancien chef des services secrets suisses Peter Regli. Il avait été à l'origine de la rencontre entre le «docteur de la mort» sud-africain Wouter Basson et Peter Regli au début des années 1990, à Berne.

Lors de son procès à Prétoria, Wouter Basson a déclaré que Jürg Jacomet l'avait aidé à se procurer en 1992 une demi-tonne de drogue Mandrax en Russie. Il l'a aussi accusé d'avoir détourné 1,4 million de dollars. En 1993, sur instruction de Peter Regli, Jürg Jacomet a en outre déposé 10 kilos d'uranium 238 provenant d'Europe de l'Est sur une aire autoroutière du canton de Zurich.

La délégation des commissions de gestion des Chambres fédérales, qui examine elle aussi les relations de la Suisse avec l'Afrique du Sud, a qualifié les rapports entre Jacomet et Regli de problématiques.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?