Navigation

Nettoyage de printemps chez Kuoni

Changement de garde au sommet de Kuoni. Kuoni

Un an après les remous de l'affaire Affolter, le voyagiste suisse s'apprête à renouveler presque entièrement son conseil d'administration.

Ce contenu a été publié le 02 avril 2002 - 20:32

Kuoni, l'un des leaders européens du voyage, fait le ménage. Le groupe a annoncé un remaniement très profond de son conseil d'administration. Cinq nouveaux membres devraient faire leur entrée, dont deux Allemands et un double national franco-suisse.

Ils viendront rejoindre Andreas Schmid choisi, à la fin de l'année passée déjà, pour le poste de président. Le dernier mot reviendra évidemment à l'assemblée générale des actionnaires, qui se réunira le 15 mai. Pour Heinz Müller, l'opération devrait permettre à Kuoni de prendre un nouveau départ.

Le combat des chefs

«L'entreprise avait besoin de subir un changement fondamental, de manière à faire un trait sur le passé», a déclaré le président intérimaire du conseil d'administration à swissinfo. Référence faite au bras de fer entre dirigeants de Kuoni, qui avait défrayé la chronique, il y a un peu plus d'un an.

Au centre de l'affaire, la Fondation Kuoni et Hugentobler, qui contrôle 25% des voix, même si elle ne possède que 6,25% du capital. Daniel Affolter, à la fois président de la fondation et de Kuoni, avait été éjecté de son siège, accusé par une majorité de ses collègues du conseil d'administration d'abuser de sa double casquette.

Des critiques

Des membres de l'ancienne équipe seul restera, et pour un an seulement, l'actuel président ad intérim, Heinz Müller. Les autres se retirent. A l'exception toutefois de l'Italien Tommaso Zanzotto, ancien d'American Express et de Hilton International, et seul membre non-suisse du conseil, qui démissionne. Nuance.

Car cette démission est assortie de vives critiques, parue ce mardi dans le Financial Times. Elles concernent la manière dont a été désigné le futur président du conseil d'administration et le rôle joué, dans cette désignation, par la Fondation Kuoni et Hugentobler. Encore elle.

«Si un actionnaire minoritaire est là pour vous dire qui sera le prochain président, alors c'est inutile de continuer à jouer le rôle d'administrateur indépendant», a notamment déclaré Tommaso Zanzotto au quotidien britannique.

Retour à la normale?

Des reproches que repousse Heinz Müller: «Lorsqu'il a fallu choisir le nouveau président, j'ai évidemment informé la fondation. Mais il a été élu par le conseil d'administration». Idem, toujours selon le président ad interim, pour les autres administrateurs.

«Ils ont vraiment été choisis systématiquement pour leurs compétences, celles dont nous pensons avoir besoin dans notre conseil», ajoute Heinz Müller. La prochaine assemblée générale pourrait donc sceller le retour à la normalité pour Kuoni.

Même si les actionnaires ont sans doute encore de quoi être inquiets. Le groupe vient en effet, il y a une quinzaine de jours, d'annoncer des résultats 2001 catastrophiques, avec une perte record de 282 millions de francs suisses.

swissinfo/Pierre Gobet, Zurich

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?