Navigation

Des terrains de l'Afghanistan à ceux de Berne

Deux anciennes joueuses de l’équipe nationale féminine d’Afghanistan ont commencé un entraînement de football pour les femmes dans la capitale suisse, à la fois pour améliorer leurs compétences footballistiques et pour défendre les droits des femmes à pratiquer ce sport.

Ce contenu a été publié le 09 mai 2022 - 09:00

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts continus d’Armisa et de Sahar* pour reconstruire leur vie après avoir été contraintes de fuir leur pays par crainte des talibans, le groupe fondamentaliste islamique qui menait une insurrection en Afghanistan au moment de leur départ. Ce groupe a repris le pouvoir en août 2021.

Après leur retour, les talibans ont déclaré qu’ils avaient l’intention d’interdire le sport aux femmes. L’ancienne capitaine de l’équipe nationale, Khalida Popal, a exhorté les joueuses afghanes à effacer toute preuve de leur pratique du football pour leur propre sécurité.

Nouvel espoir

Armisa et Sahar ont commencé à jouer au football professionnel alors qu’elles étaient à peine adolescentes. Des dénicheurs de talents les ont repérées alors qu’elles jouaient pour leurs équipes scolaires à Kaboul. Armisa, qui a fait partie de l’équipe nationale pendant trois ans, a voyagé en Norvège, au Qatar et au Sri Lanka pour des matchs internationaux. Elle a quitté l’Afghanistan peu de temps après. La footballeuse est restée en Grèce pendant un an avant d’obtenir un visa humanitaire pour vivre en Suisse. Elle joue désormais pour une équipe féminine locale dans le canton de Saint-Gall, où elle vit.

Sahar a fait partie de l’équipe nationale pendant un an et demi avant que sa mère, ses quatre frères et sœurs et elle-même ne quittent l’Afghanistan pour s’installer en Suisse. Elle fait actuellement un apprentissage de spécialiste en TIC. Sahar et Armisa ont reçu l’aide d’une association locale de soutien aux réfugiés, Mazay, pour mettre en place un entraînement de football féminin dans la capitale suisse. L’objectif de ces jeunes femmes est de trouver à terme suffisamment de joueuses pour former une équipe pour les matchs de compétition.

* noms d'emprunt

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?