Navigation

Mort de Teo Jakob, commerçant et découvreur

Teo Jakob, en janvier dernier. teojakob.ch

Teo Jakob, le pape suisse de l'aménagement d'intérieur, est décédé le week-end dernier à l'âge de 77 ans. Si ses magasins étaient basés à Berne et à Genève, son rayonnement et son professionnalisme auront largement dépassé les frontières helvétiques.

Ce contenu a été publié le 23 août 2000 - 15:50

«C'était un des pionniers du design en Suisse, un type qui avait un goût certain dans ses choix. Il a débusqué des designers suisses qui sont devenus des pointures mondiales. Et lorsqu'il choisissait des meubles dans des foires internationales, cela relevait toujours de l'avant-garde», s'enthousiasme l'artiste genevois Gérald Poussin.

La sûreté du goût de Teo Jacob, c'est également ce qui ressort des propos du graphiste, peintre et designer Roger Pfund, qui a longtemps collaboré avec lui. Qu'est-ce qui définissait d'ailleurs le «goût» Teo Jakob? «Son exceptionnel sens de l'espace, et son savoir-choisir», répond Roger Pfund. «C'était un voyageur, il a connu toutes les boîtes qui fabriquent du mobilier et tous les designers, de l'Italie aux Etats-Unis en passant par la France ou l'Allemagne...»

C'est en 1950 que Teo Jakob, à l'époque «Theo», reprend le commerce familial fondé en 1914, à Berne, par son père. Il décide rapidement d'abandonner le meuble de facture ancienne pour se lancer dans le mobilier moderne, avec un «nez» indéniable. Ses deux principaux sièges, à Berne et à Genève dès 1958, feront désormais office de référence. Teo Jakob se retirera en 92, laissant son entreprise à ses principaux collaborateurs, qu'il a formés, et qui créeront alors la Teo Jakob Holding AG.

Teo Jacob, architecte d'intérieur, «débusqueur», grand collectionneur d'art... et personnage de la vie bernoise. «A Berne, c'était une vedette», se rappelle Roger Pfund, avant d'ajouter: «Un bonhomme de toutes les qualités humaines... et aussi un grand fêtard». Ce que confirme volontiers Gérald Poussin: «J'ai fait beaucoup de fêtes avec lui, et on a ri à se rouler par terre!» Ce qu'il n'est pas inutile de rappeler, dans une région où l'austérité est souvent prise pour un gage de sérieux.

Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?