Navigation

Moïse, Jésus et Mahomet, un trio explosif

Détail de l'affiche. "Prophètes sans Dieu"

A Genève, le Théâtre Saint-Gervais accueille «Prophètes sans Dieu», une pièce intelligente et drôle de l'Algérien Slimane Benaïssa.

Ce contenu a été publié le 22 janvier 2002 - 08:24

Se montrer écrivain audacieux dans un contexte d'actualité obsédante est un geste de résistance bien plus fort que tous les débats médiatisés, souvent stériles, dont on nous gratifie depuis les attentats du 11 septembre.

Les experts politiques feraient bien d'aller écouter, de temps en temps, l'œuvre des poètes pour comprendre ce qui est aujourd'hui au cœur de la démarche terroriste: le nihilisme.

On les invite donc vivement à se rendre au Théâtre Saint-Gervais (Genève), pour voir «Prophètes sans Dieu», pièce brillante, écrite et montée par l'auteur algérien Slimane Benaïssa (établi en France) qui dit, à travers un humour des plus intelligents, comment «le néant des repères» peut engendrer la violence chez des esprits peu éclairés.

Bouffonnerie et extase

«Beaucoup de musulmans sont tentés, écrit-il, de se prendre pour des prophètes. Comme Mahomet le sentait, il s'est senti obligé de décréter qu'il était le dernier! Et malgré ça, il y en a qui s'exilent d'Afghanistan au Pakistan, puis, qui se prenant pour des prophètes, reviennent en Talibans.»

Chez Benaïssa, le rire supplée à l'absence dramatique de Dieu qui ne se manifeste que par la bouche des trois vedettes du monothéisme, obsédées quant à elles par leur image de marque. Pour ce qui est de Mahomet, le problème de cette image se pose d'entrée de jeu puisque l'Islam interdit sa représentation physique.

Comment faire donc pour l'incarner sur scène? De là naît tout le comique de cette pièce dont le sujet est la rencontre entre Moïse (Sid Ahmed Agoumi, irrésistible) et Jésus (Gérald Châtelain, extatique comme il faut), ceux-ci espérant en vain l'arrivée de Mahomet.

En attendant, ils reprochent à l'auteur, personnage joué par Benaïssa lui-même, de les avoir créés. Et ce sont alors toutes les illusions théâtrales qui s'envolent sous nos yeux, avec, en tête, la plus grande d'entre elles: Dieu.

Ghania Adamo

«Prophètes sans Dieu», à Genève, Théâtre Saint-Gervais; jusqu'au 27 janvier. Tel: 022/908 20 20

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?