Navigation

Mission accomplie pour le 33e Festival d'échecs de Bienne

Le nouveau champion suisse Yannick Pelletier a réussi un parcours remarquable (ici face à Anatoly Karpov le 2 juillet). Keystone

Le Russe Peter Svidler et l´Israélien Boris Avrukh sont les deux grands vainqueurs de la quinzaine qui s´est terminée ce samedi à Bienne. Les internautes du monde entier ont suivi les parties et les joueurs ont afflué de quatre continents.

Ce contenu a été publié le 05 août 2000 - 18:25

Le Festival international d'échecs de Bienne a refermé samedi ses portes pour la 33e année consécutive sur une note optimiste, après une quinzaine jugée de très bonne facture par les organisateurs et, surtout, par les spécialistes et observateurs du monde entier.

La cérémonie de clôture a notamment couronné les deux grands hommes de cette cuvée, le Russe Peter Svidler (24 ans) et l'Israélien Boris Avrukh (22 ans), vainqueurs respectifs du tournoi des grands maîtres et de l'Open des maîtres, soit les deux épreuves-phares du Festival.

La première année de collaboration avec le site officiel de Garry Kasparov s'est avérée un franc succès. Selon la direction du site KasparovChess.com, quelque 19'500 internautes différents ont suivi en moyenne chaque jour les parties diffusées et commentées en direct sur le web. Et les premières estimations font état de 915 000 «hits» quotidiens sur le site.

Par ailleurs, le nombre d'amateurs d'échecs qui ont pris part à l'un des dix tournois du Festival est stable par rapport à l'an passé, avec 580 participants (575 en 1999), un chiffre jugé satisfaisant vu la multitude de nouveaux tournois concurrents proposés dans plusieurs pays de l'ex-Europe de l'Est, qui attirent eux aussi les amateurs. Les visiteurs à Bienne proviennent de quatre continents, seule l'Océanie n'ayant pour une fois pas été représentée.

Image symbolique de ces joutes acharnées et disputées, c'est à l'arraché et dans les dernières secondes que Boris Avrukh a pu crier victoire, en venant à bout en finale de son compatriote Alexander Huzman, très tard dans la soirée de vendredi, suite à une partie de blitz (5 minutes de réflexion), les deux joueurs ayant été incapables de se départager en trois matches (une partie lente, deux parties rapides).

Boris Avrukh, no 58 mondial, s'était distingué en juin en contraignant Garry Kasparov au match nul. L'an dernier, il n'avait manqué que d'extrême justesse la victoire dans le tournoi des grands maîtres. Toujours dans l'Open, le tout nouveau champion suisse Yannick Pelletier a réussi un parcours remarquable, décrochant un 7e et très prometteur rang final. Malheureusement, le Biennois de 23 ans échoue d'un cheveu (un demi-point) dans la quête du Graal qu'aurait constitué l'obtention de sa troisième et dernière norme de grand maître.

Le tournoi des grands maîtres a captivé l'attention des amateurs, en livrant de somptueuses batailles. Peter Svidler, le no 14 mondial de St-Pétersbourg, a dominé de la tête et des épaules la compétition. Ses cinq victoires et cinq nuls ont suscité les applaudissements des spécialistes et même de ses rivaux! Les premiers pas à un niveau si élevé du meilleur junior du monde sont également réussis. Le prodige ukrainien Ruslan Ponomariov (16 ans seulement) termine au troisième rang, avec le même nombre de points que le second, le Néerlandais Loek Van Wely.

Olivier Breisacher

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?