Navigation

Menaces sur le commerce entre la Suisse et Israël

La Suisse achète bien moins de produits à Israël qu'elle ne lui en vend. swissinfo.ch

La Suisse pourrait limiter les importations de certains produits israéliens. Des ONG envisagent, elles, un boycott total.

Ce contenu a été publié le 11 avril 2002 - 22:03

Le gouvernement israélien se prépare à une éventuelle restriction de ses exportations de produits issus des colonies de peuplement. Une limitation envisagée tant par la Suisse que par l'Union européenne.

L'Etat hébreu attend des précisions de Berne et de Bruxelles pour pouvoir évaluer l'impact de telles mesures, selon Yossi Ackerman, attaché économique à l'ambassade d'Israël à Berne. D'autant qu'il sera très difficile de déterminer de manière certaine que des produits «made in Israel» proviennent bel et bien des colonies, vu l'absence de moyens de contrôle sur le terrain.

Ceci dit, le porte-parole de l'ambassade d'Israël Daniel Halevy-Goetschel a d'ores et déjà qualifié ces mesures de mélange des genres : «On essaie de faire pression sur Israël par l'intermédiaire de moyens économiques. Cela ne convient pas à deux pays profondément amis».

Un boycott envisagé

Bien qu'encore floue, la menace que fait peser ces mesures sur Israël n'est en effet pas négligeable. D'autant qu'elles pourraient impliquer les quatre membres de l'AELE (Norvège, Lichtenstein, Islande et Suisse).

Les restrictions envisagées reposent en effet sur l'accord de libre-échange entre l'AELE et Israël. Un important partenaire économique de l'Etat hébreu.

Mais une autre menace pourrait avoir des effets nettement plus dévastateurs. Les organisations pro-palestiniennes qui ont mobilisé 10 000 personnes samedi dernier à Berne envisagent d'appeler les consommateurs suisses à boycotter l'ensemble des produits israéliens. Une décision dans ce sens devrait être prise la semaine prochaine.

Effet boomerang

Reste qu'un tel scénario pourrait se retourner contre la Suisse. C'est en tous cas l'avis de Robert Equey, président pour la Suisse romande de la Chambre de commerce Suisse-Israël: «La balance commerciale entre les deux pays est largement favorable à la Suisse.

En cas de restrictions ou de boycott, la Suisse perdrait ce marché. Israël est en effet parfaitement en mesure de la remplacer par d'autres partenaires économiques».

De fait, en 2001, les exportations suisses vers Israël se sont montées à plus de 1200 millions de francs. Alors que les importations de produits israéliens par la Suisse se sont chiffrées à 448 millions de francs.

swissinfo/Frédéric Burnand

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?