Navigation

Lonza rachète des unités biotechnologiques aux USA

Avec le rachat de Combrex, Lonza va réaliser 90% de ses opérations dans les sciences de la vie. Keystone

Le groupe bâlois rachète les unités de recherche biotechnologique et de biopharmacie microbienne du groupe américain Cambrex. La transaction se monte à 583 millions de francs et sera réglée cash.

Ce contenu a été publié le 24 octobre 2006 - 09:47

Cette transaction va permettre à la multinationale helvétique de se focaliser davantage sur ses activités en matière de sciences de la vie.

«Cette transaction complète le renforcement que nous avons entrepris dans le domaine des sciences de la vie depuis deux ans», affirme le directeur général de Lonza, Stefan Borgas, dans un communiqué.

Le patron de la multinationale bâloise ajoute que cette acquisition est liée à la future entrée en bourse de sa filiale italienne de produits chimiques fins, Polynt SpA.

Produits de niche

La plus grosse transaction porte sur la division Research Bioproducts. Cette division a généré l'an dernier un chiffre d'affaires d'environ 190 millions de francs.

Ce secteur produit une large palette de produits de niche dans le domaine des sciences de la vie. Il fournit à Lonza l'accès à un marché complémentaire qui réalise des marges élevées et possède un fort potentiel de croissance.

«C'est une base de clients complètement nouvelle pour Lonza qui n'était pas impliquée dans ce secteur jusqu'ici», explique à swissinfo Martin Vögtli.

Analyste à la banque Vontobel, ce dernier ajoute que: «l'autre partie du deal, concernant la division Microbial Biopharmaceuticals, offre à Lonza une nouvelle capacité dans ce domaine. Partir de zéro dans ce segment aurait coûté beaucoup plus cher».

Des prévisions à la hausse

Le rachat, qui nécessite encore l'approbation des actionnaires de Cambrex et des autorités concernées, devraient être finalisé au 1er trimestre 2007. Il doit être financé en partie grâce aux liquidités, mais aussi grâce à l'aide de solutions de crédit.

Après cette acquisition, le groupe bâlois devrait enregistrer près de 90% de ses ventes auprès de clients issus du secteur des sciences de la vie.

Le groupe compte ainsi accroître son chiffre d'affaires et le potentiel de croissance de son résultat opérationnel (EBIT).

Il révise donc à la hausse ses prévisions à long terme: une croissance des ventes entre 8 et 12% (contre 7 à 10% auparavant) et une hausse de l'EBIT de 15 à 20% (croissance légèrement supérieure à 10% auparavant).

swissinfo et les agences

Faits

En 2005, Lonza a enregistré un chiffre d'affaires de 2,52 milliards de francs et un bénéfice net de 188 millions.
La firme helvétique emploie 6450 personnes dans 25 sites de production et de recherche dans le monde.

End of insertion

En bref

En 1897, Lonza a été créée dans le but de produire de l'électricité hydraulique. Peu après, l'entreprise s'est orientée vers la production de carburant et de combustible pour l'éclairage (activités chimiques).

Avant la Seconde Guerre mondiale, le groupe a concentré ses activités dans le domaine des fertilisants, une arme importante dans le combat que les pays livraient à l'époque pour l'autosuffisance alimentaire.

Après la guerre, les activités du groupe se sont orientées vers d'autres secteurs pour n'en compter plus que quatre aujourd'hui: chimie organique, chimie anorganique, agrochimie et élaboration de matériaux synthétiques.

En 1974, Lonza fusionne avec Alusuisse qui est intéressée d'abord par le pôle énergétique de la firme bâloise. Mais en 1997, les deux entités sont séparées. Lonza est recapitalisée et la firme se concentre sur le secteur chimique. Aujourd'hui, la multinationale focalise son énergie sur les sciences de la vie.

Lonza a son siège administratif à Bâle. Son principal centre de recherche se trouve à Viège, en Valais.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?