Navigation

Les travaux sont suspendus au Gothard

L'entrée sud du tunnel est gardée alors que des mesures de toxicité de l'air sont effectuées. Keystone

Pour entrer sans risques dans le tunnel, la police scientifique doit attendre les analyses sur la qualité de l'air. Résultats, dans trois à cinq jours.

Ce contenu a été publié le 30 octobre 2001 - 22:39

Calme plat mardi matin à Airolo, six jours après l'accident survenu dans le tunnel du Gothard. Les opérations de contrôle de la qualité de l'air se sont terminées lundi soir.

Les résultats des analyses effectuées par les chimistes cantonaux seront disponibles d'ici trois à cinq jours seulement, ont indiqué la police tessinoise et le médecin cantonal.

La sécurité des équipes, qui devront se rendre sur les lieux du drame, passe avant tout. Et les enquêteurs veulent avoir la certitude que l'air n'est pas toxique à l'endroit de l'incendie.

Les chargements des poids lourds qui ont pris feu, des pneus et du matériel isolant, ont brûlé pendant quelque 40 heures, dégageant une température qui a dépassé les 1000 degrés.

La fin d'un show médiatique

La première étape des travaux a donc pris fin à Airolo, théâtre ces derniers jours, d'un véritable show médiatique. Les télévisions de toute l'Europe ont diffusé des images du tunnel, du village et de ses habitants.

Cameramen, photographes et journalistes ont quitté les lieux lundi soir lorsque la police a annoncé la suspension momentanée de toute activité et donc, aussi, de la recherche d'éventuelles autres victimes.

Le bilan, toujours provisoire, des victimes de l'accident du 24 octobre est de dix morts, tous récupérés. Neuf d'entre eux ont été identifiés. Un onzième cadavre, probablement celui du chauffeur turc du camion qui a provoqué la collision, se trouverait encore sous les décombres.

Par ailleurs, il manque aussi à l'appel un camionneur paraguayen qui travaillait pour une entreprise italienne. Son compagnon de voyage, un Chilien, est parvenu à sortir du tunnel à temps tandis que son collègue, pour tenter de récupérer ses papiers et son argent retournait sur ses pas: «au même moment, il y a eu une explosion, je ne l'ai plus revu», a dit le chauffeur chilien à la RAI (télévision italienne) lundi soir, durant une émission d'actualité consacrée au désastre.

La famille du Paraguayen disparu attend de ses nouvelles au Tessin depuis jeudi dernier. Elle ne sait pas encore si la dépouille restée sans nom est celle de son parent.

Une vingtaine d'avis de disparition n'avait pas encore été révoquée mardi matin. Dans la seule journée de lundi, douze nouveaux appels sont parvenus aux enquêteurs. Ils émanaient de personnes qui ne savent plus rien d'un proche depuis mercredi dernier. La police tessinoise doute que toutes ces disparitions soient liées à l'accident. Un de ses porte-parole a déclaré lundi à la RAI qu'il pourrait encore y avoir un à deux morts sur les lieux de la collision.

Dès que les équipes de spécialistes auront pénétré sous la voûte, elles auront encore besoin d'une vingtaine de jours pour mener à terme leurs opérations de recherche. Le tunnel devrait rester fermé plusieurs mois, en tous cas jusqu'au printemps prochain estiment les autorités tessinoises.

Craignant l'isolement renforcé par l'hiver parfois rude de la Léventine, le maire d'Airolo, Mauro Chinotti, a demandé au canton et à la Confédération de ne pas oublier son village. Il souhaite notamment que les routes des cols du Gothard et du Nufenen puissent rester ouvertes plus longtemps que d'habitude.

A plus long terme, Mauro Chinotti souhaite même une réduction du trafic lourd sur l'axe du Gothard et, surtout, le doublement du tunnel.

Gemma d'Urso, Airolo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?