Navigation

Les Suisses changent fréquemment d'emploi

Le taux de rotation le plus haut revient à l'hôtellerie-restauration. Keystone

Chaque année, près de 300'000 personnes changent d'employeur. Selon une étude de l'Université de Saint-Gall, le motif principal avancé est lié à un mécontentement sur les conditions de travail.

Ce contenu a été publié le 30 mars 2007 - 18:26

Employés Suisse invite les employeurs à en tirer les leçons et à améliorer les conditions de travail de leurs collaborateurs.

C'est à la demande de la Fédération employés Suisse, membre de l'organisation syndicale «Travail.Suisse», que l'Institut de recherche sur le travail et le droit du travail de l'Université de Saint-Gall a analysé la stabilité de l'emploi et le changement d'emploi en Suisse.

Il en ressort que la position des employés sur le marché suisse du travail est relativement forte, même en comparaison internationale. Ce qui permet aux personnes de s'épanouir sur le plan professionnel.

En 2005, le taux de mobilité s'est en général maintenu à un niveau élevé de 10%. Toutefois, la situation se révèle différente suivant les branches et les régions.

Le taux de rotation le plus haut revient à l'hôtellerie-restauration avec 17,9%, le plus bas aux administrations publiques (5,9%). Une fois sur deux, l'employé qui quitte une société change par la même occasion de secteur.

Une spirale de frustration

Outre la répétition des tâches internes de formation (en temps et en argent), le phénomène génère une «spirale de la frustration», a expliqué Vital Stutz, directeur d'Employés Suisse.

L'instabilité entraîne une perte constante de savoir-faire et une surcharge temporaire pour ceux qui doivent pallier la vacance d'un poste.

En découlent des heures et un stress supplémentaires. Sans compter une dégradation du climat de travail par le fait que les nouveaux arrivants sont souvent mieux payés que les partants.

Les départs volontaires s'expliquent majoritairement par une insatisfaction envers les conditions de travail et les perspectives de changer de tâches à l'interne. Les attentes se concentrent sur l'exigence d'une flexibilité accrue en matière d'horaire, un aspect qui garantit davantage de fidélité.

Le niveau du salaire joue un rôle mineur. Même si cet aspect gagne en importance avec une part qui est passée de 4 à 8% (soit 25'000 personnes) entre 2002 et 2005.

Pour les auteurs de l'étude, le débat entourant la rémunération toujours plus élevée des managers stimule les revendications en la matière.

Avantages et désavantages pour l'employeur

Du point de vue des employeurs, un taux de fluctuation du personnel de 9,7% ne va pas sans poser des problèmes aux sociétés, en occasionnant des coûts élevés.

Mais il donne aussi davantage de flexibilité en terme de gestion des effectifs. Ce qui limite parfois le recours aux licenciements.

A noter qu'employés Suisse est la plus grande organisation de travailleurs opérant dans l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) ainsi que dans les industries chimique et pharmaceutique. Elle rassemble quelque 27'000 membres.

swissinfo et les agences

Le taux de fluctuation par branche

L'hôtellerie 17,9%
La construction 12,3%
Industrie des machines, des métaux et
de l'électricité 8,9%
Industrie pharmaceutique 6,6%
Administration publique 5,9%

End of insertion

Les Suisses durs à la tâche

Les travailleurs suisses ont œuvré plus de sept milliards d'heures en 2005 – une progression de 0,4% par rapport à l'année précédente et record. 176 millions d'heures supplémentaires ont en outre été travaillées.

La durée hebdomadaire de travail prescrite chez les salariés à plein temps s'établie à 42 heures et 20 minutes. Les Autrichiens et les Grecs qui sont les gros travailleurs avec 44,1 heures de travail effectives par semaine. Suivent les Britanniques avec 43,1 heures.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?