Navigation

Swiss Made

Petites entreprises et grandes innovations: les start-up suisses

Nouveau type de réacteur nucléaire au thorium, machine capable de générer de la peau à greffer, technique de recyclage du PET moins gourmande en énergie: la créativité des start-up suisses ne connaît pas de limites et leurs innovations rencontrent un grand succès dans le monde. 

Ce contenu a été publié le 04 février 2022 - 11:20
Skizzomat (illustration)

La Suisse figure depuis plus de dix ans au premier rang du Global Innovation IndexLien externe, l’indice mondial des pays les plus innovants publié par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. 

Jusqu’à présent, les ressources pour la recherche et le développement de produits d’avant-garde étaient concentrées auprès de grandes entreprises transnationales – comme Nestlé, Novartis, Roche, ABB, Givaudan ou Swatch – et des entreprises de dimension moyenne qui ont réussi à occuper des marchés de niche importants à l’échelle mondiale.  

Depuis quelques années, l’innovation commence toutefois à fleurir aussi dans le secteur des start-up, ces petites entreprises qui se caractérisent par un fort esprit d’innovation et un grand potentiel de croissance. Toujours plus de jeunes suivent cette voie pour développer et commercialiser le fruit de leurs recherches scientifiques et de leur ingéniosité technologique.

Il se crée aujourd'hui environ 300 start-up par an, alors qu’on n’en comptait encore que quelques petites dizaines durant la première décennie de ce millénaire. Les capitaux investis dans les start-up ont quasiment été multipliés par dix en l’espace de dix ans; ils ont pour la première fois dépassé la barre des 3 milliards de francs en 2021. 

Contenu externe

Malgré leur succès, les start-up suisses restent encore peu soutenues par le monde politique. Une raison est à trouver dans l’aversion au risque qui est encore trop marquée en Suisse, selon Gina Domanig, qui dirige depuis plus de vingt ans Emerald Technology Venture.

Par ailleurs, lancer une start-up reste encore largement une affaire d'hommes. Les stéréotypes restent tenaces et les femmes rencontrent davantage de difficultés à gagner la confiance des investisseurs.

Les grandes écoles comme pôles d'attraction

Plus de la moitié de ces entreprises innovantes sont nées dans les régions de Zurich et de l’arc lémanique, où la présence des deux Écoles polytechniques fédérales joue un rôle fondamental dans la recherche et le développement d'applications scientifiques et technologiques futuristes. 

De nombreuses jeunes entreprises profitent des connaissances de pointe acquises dans les grands pôles d'innovation suisses, tels que l'industrie pharmaceutique, la microtechnique ou les services financiers. Dans le même temps, les start-up contribuent à une régénération de ces filières traditionnelles en leur offrant des débouchés sur de nouveaux marchés, par exemple en biotechnologie, medtech ou cleantech. 

Il n'est donc pas étonnant que de nombreuses jeunes sociétés fintech aient vu le jour aux côtés de banques au bénéfice d’une histoire centenaire et que de nouvelles solutions de microtechnologie émergent à proximité de l’industrie horlogère traditionnelle. 

Contenu externe

Mais comment se présente le monde des start-up suisses? Nous avons brossé le portrait de quelques jeunes entreprises qui se sont établies ces dernières années avec des produits prometteurs.

Energie et technologies propres: À Genève, Transmutex développe un nouveau type de réacteur nucléaire au thorium. Ce métal est non seulement beaucoup moins radioactif que l’uranium mais également présent en abondance dans les roches de quasiment toute la croûte terrestre. Une innovation qui pourrait permettre de faciliter la transition énergétique vers une société sans émissions de CO2.

L’entrepreneur Laurent Jospin ambitionne d’installer 47’000 panneaux solaires sur une structure métallique longue de 1,6 kilomètre sur l’autoroute A9 en Valais. L’objectif est de produire chaque année de l’électricité pour 12’000 foyers. Sa société Energypier prévoit un projet pilote similaire sur 2,5 kilomètres d’autoroute près de Zurich, devant alimenter 20’000 ménages.

À Sion, dans le canton du Valais, la chercheuse et entrepreneuse canadienne Samantha Anderson a développé une nouvelle technique de recyclage du PET beaucoup moins gourmande en énergie que les méthodes utilisées actuellement. Une innovation qu’elle entend commercialiser et étendre à d’autres types de plastiques ces prochaines années.

Technologies médicales: La start-up zurichoise Cutiss a développé la première machine capable de générer de la peau en grandes quantités à partir d’un échantillon provenant du patient lui-même. Un réel espoir pour plus de 11 millions de personnes dans le monde victimes chaque année de graves brûlures.

L'entreprise neuchâteloise Aktiia a développé le premier bracelet intelligent capable de mesurer la pression artérielle en continu. Une innovation qui place la Suisse à l'avant-garde d'un marché très convoité par les géants américains et asiatiques de la tech. 

Drones: La société Hydromea a créé le premier réseau de liaison wifi sous-marin. Le modem utilise des faisceaux lumineux pour transmettre des données et guider à distance les robots sans câbles.

Agroalimentaire: La start-up tessinoise TicInsect utilise les larves de la mouche soldat pour éliminer les déchets organiques et produire, dans le même temps, de la nourriture pour animaux, des biocarburants et des engrais sans gaspiller de matières premières. 

Technologies de l'information: ID Quantique a créé le téléphone portable le plus sûr du monde en utilisant les principes de la mécanique quantique. Un système de cryptage infaillible adopté par Samsung. 

Finance: Grâce à leurs frais réduits et des solutions innovantes, les banques numériques ont le vent en poupe. La start-up zurichoise Neon a ainsi pris pied sur le marché bancaire helvétique sans ouvrir ni filiales ni guichets. 

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?