Navigation

Les marins suisses entre liesse et dépression

Depuis la fin juillet, le bateau d'Alinghi ne navigue plus sous la direction de Russel Cutts. Alinghi

Alinghi remporte l’Acte 3 des prérégates mais le licenciement du skipper Russel Coutts entache l’aura du bateau rouge et noir.

Ce contenu a été publié le 20 décembre 2004 - 15:23

En haute mer, Stève Ravussin et Bernard Stamm rivalisent de malchance et cassent leurs bateaux. Dominique Wavre et l’équipage olympique Marazzi/De Maria créent les bonnes surprises.

Alinghi licencie Russell Coutts. Et c’est les prérégates de la Coupe Louis Vuitton qui commencent à prendre l’eau.

La nouvelle tombe le 26 juillet, sèche et sans appel: «En raison de violations répétées de ses obligations contractuelles Team Alinghi se sépare de Russell Coutts.»

Publiquement dévoilée à fin juin, la discorde qui couvait entre le patron Ernesto Bertarelli et le skipper néo-zélandais trouve un triste épilogue. Licenciée, la figure emblématique de la campagne 2003 s’insurge par voix de presse.

Bertarelli répond. Ces règlements de compte publics entachent l’aura d’Alinghi. Tenues contractuellement au silence, les deux parties dissimulent les vraies raisons du conflit.

Certains observateurs parlent «de questions d’argent», d’autres évoquent «une volonté de pouvoir au sein d’AC management», la nouvelle structure en charge de l’organisation de la Coupe.

Aujourd’hui, les équipes d’avocats affûtent leurs armes. L’enjeu, pour Alinghi, sera désormais d’empêcher le talentueux Russell Coutts de rejoindre une autre équipe.

Première navigation en flotte

A Marseille, les Class America s’offrent au public européen pour la première fois dans le cadre des prérégates de la Coupe Louis Vuitton. Initialement conçus pour régater en duel, les voiliers naviguent en flotte lors de l’Acte 1.

La «Première» s’entache d’une vilaine tornade qui fait tomber Oracle, Team New Zealand, Alinghi et de leurs socles alors qu’ils sont sur le quai. Cela n’empêche par les Américains d’Oracle de gagner l’Acte 1 marseillais. A Valence, Team New Zealand remporte l’Acte 2 et Alinghi l’Acte 3.

Financièrement et sportivement au-dessus des autres, les trois équipages mènent le bal.

Le 18 décembre dernier, ACM annonce «huit challengers». D’autres «devraient suivre». On est encore loin des «20» annoncés dans l’euphorie de la victoire de 2003.

Au large, les records se ramassent à la pelle

Pendant ce temps, les coureurs au large ramassent les records à la pelle. Le 3 février, le Français Francis Joyon (IDEC) bat le record du tour du monde en solitaire (72 jours, 22h, 54 mn, 22 s).

Cinq semaines plus tard, son compatriote Jean-Luc Van Den Heede (Adrien) s’offre la circumnavigation à l’envers la plus rapide (122 jours, 14 h, 3mn, 49 s).

Vient alors le tour du milliardaire américain Steve Fossett (Cheyenne) qui pulvérise, le 5 avril, le record du tour du monde en équipage (58 jours, 9 h, 32 mn, 45 s).

Dominique Wavre cingle autour du monde

Les Suisses, eux, rivalisent de malchance. En juin, The Transat s’élance entre Newport (GB) et Boston (USA) avec trois solitaires suisses: les Vaudois Stève Ravussin (Banque Covefi) et Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat-Armor Lux) et le Genevois Dominique Wavre (Temenos).

Après un choc, le trimaran du premier accumule les avaries. Le second chavire, alors qu’il est en tête au large de Terre-Neuve.

Le troisième finit sur une excellente deuxième place. On suit actuellement son épopée autour du monde, dans le cadre du Vendée Globe Challenge.

Une surprise vélique à Athènes

Cet été, un équipage suisse crée le suspense aux Jeux olympiques d’Athènes. Transfuges d’Alinghi, le Bernois Flavio Marazzi et le Zurichois Enrico de Maria jouent les trublions dans la flotte de la catégorie «Star».

Après 11 manches âprement disputées, ils signent, avec amertume, une quatrième place.

Enfin, ce printemps, les «Seigneurs du Léman» ont inauguré un nouveau voilier. C’est désormais les nouveaux catamarans D35, strictement identiques, qui leur serviront de monture.

Les huit premiers bateaux ont un championnat. Remporté en septembre par le jeune équipage genevois d’Etienne David, également vainqueur du Bol d’or en juin, le Challenge Ferrier Lullin relance l’intérêt de la régate lémanique.

swissinfo, Pierre-Antoine Preti

En bref

- 26 juillet 2004, Team Alinghi se sépare de Russel Coutts.

- Pour l’heure, huit challengers sont annoncés pour la prochaine Coupe de l’America.

- Dans les courses au large, Dominique Wavre termine deuxième de The Transat et vogue actuellement dans le Vendée Globe.

- Aux Jeux olympiques d’Athènes Flavio Marazzi et Enrico de Maria termine quatrième dans la catégorie «Star».

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?