Navigation

Les homosexuels toujours en quête de reconnaissance

Cette années, les costumes de la Gay Pride ont été moins voyants que lors d'autres éditions. Keystone

L'édition 2006 du Christopher Street Day s'est déroulé samedi à Zurich. Entre 9000 et 10'000 personnes se sont réuni au centre de la ville selon les organisateurs.

Ce contenu a été publié le 10 juin 2006 - 18:38

Gays et les lesbiennes ont profité de cet événement commémoratif pour réclamer une pleine reconnaissance des droits.

A Zurich, les débuts politiques du Christopher Street Day ne rassemblaient qu'une poignée d'homosexuels engagés. Samedi, entre 9000 et 10'000 personnes étaient réunies dans l'après-midi sur l'Helvetiaplatz.

Et tout comme le nombre de spectateur, la reconnaissance des homosexuels avance progressivement. Après avoir obtenu l'égalité des droits avec les hétérosexuels, il s'agit désormais, pour eux, d'être pleinement acceptés par la société.

Ecole et famille

Il y a un an, la loi sur le partenariat était acceptée par le peuple et donnait l'égalité des droits aux homosexuels, a rappelé Fritz Lehre, président de l'organisation amies, amis et parents de lesbiennes et de gays. Il s'agit désormais de fixer le prochain but: la reconnaissance de l'homosexualité, en premier lieu à l'école et dans la famille.

Les jeunes ne devraient pas avoir peur de parler de leur homosexualité à leurs parents, a poursuivi Fritz Lehre. Députée au Parlement fédéral, Chantal Galladé a pour sa part évoqué le rôle de l'école dans cette question.

«L'homosexualité ne doit pas être un tabou, a souligné la socialiste zurichoise. Trop de répression ou de silence dans ce domaine peut pousser des jeunes à de graves crises pouvant aller jusqu'à la dépression ou le suicide.»

Par seulement de la politique

Outre la politique, les organisateurs n'ont oublié ni le rire, ni la fête. Ils ont invité l'humoriste alémanique Patrick Frey. Le rassemblement a ensuite quitté l'Helvetiaplatz pour traverser le centre-ville.

Les participants portaient cette année des tenues moins excentriques. Pour un des organisateurs, Mark Chapman, cela peut signifier que l'homosexualité est vécue de plus en plus «normalement».

swissinfo est les agences

En bref

- Le Christopher Street Day (aussi connu sous le terme de Gay Pride) fait référence aux violences entre la police et des homosexuels dans un bar gay de Christopher Street à New York, en juin 1969.

- Des cortèges sont organisés chaque année dans plusieurs villes du monde pour commémorer l'événement.

- Ces manifestations prônent la tolérance et l'égalité pour tous les homosexuels, bisexuels et transsexuels. C'est aussi l'occasion pour ces minorités sexuelles d'afficher sans complexe leur choix de vie.

- Bien que toujours très colorées et festives, ces manifestations ont aussi un but politique: la légalisation des couples homosexuels.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?